L’énigme de la patiente de Thuir résolue

L’énigme de la patiente de Thuir résolue

05.09.2013
  • 1378392621451646_IMG_110093_HR.jpg

« Mais qui est donc cette Sarah Mastouri, que personne n’arrive à identifier ? » Il y a quelques jours, les médias ont largement relayé cette question, assortie d’une photo montrant le visage d’une jeune femme brune. Le côté inhabituel de l’affaire est que la question est venue de façon très officielle du service de psychiatrie de Thuir dans les Pyrénées-Orientales.

En janvier la jeune femme était hospitalisée sans papier d’identité. Elle a alors décliné avec assurance cette identité de Sarah Mastouri et a affirmé être née en Algérie le 4 juillet 1984. Elle a ensuite fourni des éléments précis et persistants sur sa biographie. Notamment elle a évoqué avoir été victime d’une agression fin juillet 2012, au cours de laquelle ses papiers d’identité auraient été dérobés. Mais, « Je suis incapable de me souvenir des noms des personnes qui peuvent se souvenir de moi », racontait-elle.

Sarah n’existe pas

L’hôpital a alors entrepris de faire des recherches, mais cela n’a donné aucun résultat. Selon les registres, Sarah n’existe pas. On a alors évoqué un cas d’amnésie avec perte d’identité. Mais il fallait tout de même savoir qui était cette jeune femme.

L’hôpital a alors pris l’initiative rare de faire lancer un appel à témoins par la gendarmerie, pour que la patiente retrouve identité et famille. Une démarche couronnée de succès. La famille de la patiente s’est manifestée et a pu attester auprès de la police de sa véritable identité. Une femme domiciliée à Reims a appelé affirmant qu’elle était sa mère. D’autres membres de la famille ont appelé et transmis des photos très ressemblantes.

Sarah en fait s’appelle Michèle, elle est née en France en 1990 et aurait des origines réunionnaises et non algériennes.

Elle est en train d’entamer une phase de reconstruction qui va être longue, a souligné le Dr Philippe Raynaud, un médecin de l’hôpital psychiatrique de Thuir, lors d’une conférence de presse.

Un diagnostic a été posé

Contacté par le Quotidien, le praticien a confirmé qu’il « ne s’agit pas d’un canular », « ni d’un cas d’affabulation ». La patiente était bel et bien convaincue de l’identité qu’elle donnait.

On ne sait pas si l’agression qu’elle dit avoir subie a pu être à l’origine du trouble de l’identité, s’il y a eu ou non traumatisme crânien, perte de connaissance ou autre. Il s’agit probablement d’une agression dans la rue « chez quelqu’un qui était dans l’errance », selon le Dr Raynaud.

Il est également difficile de savoir si elle a présenté des épisodes antérieurs de même nature. Et on ne sait pas non plus si l’identité de Sarah Mastouri est celle d’une personne réellement rencontrée.

Un diagnostic a été posé, mais bien évidemment les praticiens sont tenus par le secret professionnel, « indispensable aussi pour que la patiente retrouve sa place et son identité », a expliqué par ailleurs le praticien. Au « Quotidien », il lâche toutefois : « Ce n’est pas une curiosité diagnostique, ni une amnésie. » Les cas de perte d’identité sont relativement fréquents en psychiatrie, a rappelé le praticien. La patiente reste hospitalisée et reçoit donc désormais une prise en charge adéquate.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
Raphaël L Médecin ou Interne 06.09.2013 à 14h32

« Le dédoublement de personnalité, qui fait l'objet de nombreux procès et feuilletons américains, m'a toujours paru être un moyen bien pratique d'échapper à beaucoup de problèmes; mais cela n'engage q Lire la suite

Répondre
 
05.09.2013 à 23h59

« Ce n'est que de la bonne vieille psychiatrie en cas clinique intéressant et pour lequel la méthode médiatique est bonne pour faire avancer le "Schmilblick" ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... Commenter

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter