Myrtilles, prunes, raisins, pommes protègent du diabète

Myrtilles, prunes, raisins, pommes protègent du diabète

30.08.2013
  • 1377875309450171_IMG_109691_HR.jpg

    Myrtilles, prunes, raisins, pommes protègent du diabète

Le lien entre diabète de type 2 et la consommation de fruits est pour le moins ambivalent.

Consommer des fruits entiers, et pas n’importe lesquels, des myrtilles, des raisins en grappes, des prunes, des pommes et des poires, à raison de 3 portions par semaine, est associé avec une diminution du risque de diabète de type 2 alors que la consommation d’autres fruits ou de jus de fruit augmente ce risque.

Ces différences semblent s’expliquer des caractéristiques très individuelles, des variations de l’index glycémique qui mesure la charge glycémique après l’absorption, et les caractéristiques phytochimiques des fruits, notamment leur teneur en fibres, en antioxydants.

C’est la conclusion d’une vaste étude publiée dans le « BMJ » s’appuyant sur l’analyse de trois cohortes constituées (Nurses’Health Study, Nurses’Health Study II et Health Professionnals Follow-up Study) dont ont été exclues les personnes déjà diabétiques, celles présentant une pathologie cardio-vasculaire avérée ou un cancer.

Sur un suivi totalisant 3 464 641 personnes-années, 12 198 participants ont développé un diabète de type 2. Après un ajustement sur le style de vie et les facteurs de risque diététique connus, le risque relatif de diabète de type 2 pour 3 portions de fruits par semaine est de 0,74 pour les myrtilles, de 0,88 pour le raisin en grappes et les raisins secs, de 0,89 pour les prunes, de 0,93 pour les pommes et les poires, de 0,95 pour les bananes et de 1,10 pour les fraises. Lorsque les 3 portions de fruits entiers ont été remplacées par des jus de fruits représentant la même quantité de fruits entiers, le risque relatif est de 1,08. Enfin, seuls les fruits à index glycémique élevé sont associés avec une réduction du risque de diabète de type 2.

Les auteurs précisent les limites de cet essai qui tiennent essentiellement à la juste évaluation de la consommation de fruits, notamment chez les personnes qui en mangent peu.

Fruit consumption and risk of type 2 diabetes : results from three prospective longitudinal cohort studies. BMJ 2013 ; 347: f5001

Dr A. T.-M.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
30.08.2013 à 22h39

« Sauf qu'il ne s'agit pas d'un "essai", contrairement à ce que dit la conclusion du Dr A.T.M (pourquoi ne signer qu'avec des initiales ?) mais d'une étude observationnelle regroupant des cohortes, ce Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 8

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 5

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter