Avant d’être ministre, Marisol Touraine était baba cool

Avant d’être ministre, Marisol Touraine était baba cool

30.08.2013
  • lesechos

    Avant d’être ministre, Marisol Touraine était baba cool

Séquence nostalgie pour Marisol Touraine. La ministre de la Santé se confie ce vendredi au journal « Les Échos », et revient dans un entretien-confession sur sa période estudiantine. « Dans ma famille, se souvient-elle, le succès dans les études relevait de l’évidence ». Son père, le sociologue Alain Touraine, lui répétait sans cesse : « Fais des études pour avoir la liberté de penser comme tu le veux. »

Marisol Touraine suivra ce conseil, qui la mènera de Khâgne à Normale Sup, en passant par Sciences Po et Harvard. Elle reconnaît qu’elle était déjà à l’époque « très sérieuse et très intello » mais se rappelle qu’elle était en même temps « assez fantasque : le look versaillais, ce n’était pas mon style, j’ai toujours aimé les couleurs vives, je portais de grosses boucles d’oreille ».

Cat Stevens, Corto Maltese et Julien Sorel pour idôles

Ses goûts musicaux de l’époque collaient à son style vestimentaire. Marisol Touraine était fan de Simon and Garfunkel, de Cat Stevens ainsi que des Mamas and the Papas. Côté héros de jeunesse, c’était un peu le grand écart. « J’étais amoureuse de Corto Maltese, se souvient-elle, et j’étais fascinée par les destins tragiques comme Julien Sorel. »

Manifestement soucieuse de casser cette image de technocrate qui lui colle à la peau, Marisol Touraine se laisse aller à quelques confidences. À Harvard, elle ne s’est jamais sentie à l’aise avec ces « relations à l’américaine, chaleureuses mais très formelles ».

L’Afrique du nord avait en revanche ses faveurs. Elle a sillonné le Maroc avec des amis étudiants de Normale Sup « pendant un mois en autocar », avec un sac à dos « rempli de bouquins ». Hugo Pratt et Stendhal dans le même sac, à l’image d’une étudiante à la fois sérieuse et intello mais aussi aventurière.

 H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
pesticides ev
Focus

Une nébuleuse de molécules, un éventail d'effets potentiels Abonné

La responsabilité des pesticides ne fait plus débat pour des pathologies graves chez les agriculteurs (Parkinson, lymphome non hodgkinien, myélome, cancer de la prostate) et chez les enfants exposés in utero (malformations, leucémies, tumeurs cérébrales, croissance pondérale). L'éventail des présomptions est bien plus large, mais les études font défaut. Un manque en train de se combler. 3

Réforme des modes de financement et rémunération : les pistes décoiffantes du rapport Aubert

remuneration

Sur les cinq chantiers lancés par le Premier ministre Édouard Philippe en février lors de l'annonce de la stratégie de transformation du... 23

DPC 2018 : enveloppe épuisée, liste d'attente ouverte, consternation des syndicats

dpc

Depuis le 7 novembre, l'enveloppe de 87,7 millions d'euros allouée aux actions de DPC des médecins libéraux a été totalement consommée.... 2

Euthanasie : l'Ordre se prononcera « début 2019 » sur les médecins qui transfèrent leurs patients français en Belgique

euthanasie

Le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) se prononcera « début 2019 » sur la possibilité pour un médecin français d’emmener un... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter