Écartés du nouveau bureau de l’UNPS, MG France et 4 syndicats claquent la porte

Écartés du nouveau bureau de l’UNPS, MG France et 4 syndicats claquent la porte

15.07.2013
  • 1373895139447876_IMG_109075_HR.jpg

Le renouvellement du bureau de l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS) et l’élection du Dr Jean-François Rey (CSMF) à sa présidence, jeudi 11 juillet, ont provoqué le départ de cinq représentants de syndicats mécontents.

Dans un communiqué commun, des médecins généralistes de MG France, infirmiers (SNIIL), pharmaciens d’officine (USPO), chirurgiens dentistes (UJCD) et masseurs-kinésithérapeutes (UNSKML) jugent que le nouveau bureau, dont ils ne font pas partie, « exclut totalement la représentation d’une vision réformiste de l’avenir des professions de santé libérales ».

Les frondeurs ont décidé « de se retirer sans délai des groupes de travail de l’UNPS » et de « démissionner de l’ensemble des mandats de représentation de cette institution ».

L’ACIP en toile de fond

Le nouveau président de l’UNPS, le Dr Rey, rappelle avoir été élu « sans candidat concurrent, par 32 voix sur 43, et 11 abstentions ». Selon lui, l’accord-cadre interprofessionnel (ACIP) – que les syndicats contestataires ont refusé de signer hormis le SNIIL – cristallise leur insatisfaction. « Depuis trois ans, le bureau de l’UNPS a négocié puis concrétisé l’ACIP. Je m’inscris dans le prolongement de cette action, afin de travailler à une meilleure coopération interprofessionnelle autour du patient atteint d’une pathologie chronique. »

Le Dr Rey prône l’apaisement : « Laissons l’amertume initiale du vote passer. À la rentrée, je trouverai une solution pour faire participer ces représentants à l’action du bureau de l’UNPS. »

Exécutant

Pour sa part, le Dr Claude Leicher, président de MG France, est agacé d’être considéré comme « un simple exécutant » : « On veut bien de nous dans les groupes de travail de l’UNPS, mais, clairement, notre vision politique n’a pas sa place à la direction ! »« Prendre l’ACIP comme explication à notre désistement est un faux argument », poursuit le médecin généraliste,qui rappelle que le SNIIL en est signataire.

« Si on ne veut pas de nous, nous irons faire nos affaires en dehors de l’UNPS », prévient le Dr Leicher.

 A. B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
16.07.2013 à 15h07

« Il est important de comprendre ce qui se passe : des représentants qui se maintiennent en poste par auto-protections réciproques. Le résultat : rien ne bouge pour les professions, puisque rien ne ch Lire la suite

Répondre
 
Thierry S Médecin ou Interne 16.07.2013 à 13h23

« Ras-le-bol des histoires syndicales. En plus je n'arrive jamais à savoir qui à raison et qui à tord ! Par contre ce que je comprends c'est que ça affaiblit la profession ! Il n'y a rien de pire...
E Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'OMS veut limiter les interventions médicales inutiles lors de l'accouchement

accouchement

Depuis plus de 20 ans et quel que soit le pays, les accouchements sont de plus en plus médicalisés, sans que cela soit justifié. Le recours... 2

La chirurgie cardiaque chez des nouveau-nés associée à un risque 20 fois plus élevé de perte auditive

bebe

Une étude observationnelle monocentrique, menée à l’hôpital pour enfants de Philadelphie, aux États-Unis, et dont les résultats sont... Commenter

Accès partiel : le Parlement donne son feu vert

Le Parlement vient de ratifier définitivement deux ordonnances sur la santé dont celle qui autorise certains professionnels d'autres États... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter