Protocoles de coopération, droit de prescription : l’Ordre des infirmiers à l’offensive

Protocoles de coopération, droit de prescription : l’Ordre des infirmiers à l’offensive

05.07.2013
  • 1373018229446113_IMG_108549_HR.jpg

    Protocoles de coopération, droit de prescription : l’Ordre des infirmiers à l’offensive

Le jeune Ordre national des infirmiers a souligné l’intérêt des nouveaux protocoles de coopération entre professionnels de santé, lors d’un point presse à, Paris. « Les protocoles de coopération sont une chance pour les infirmiers, s’est enthousiasmé Didier Borniche, président de l’Ordre. Ils aident à rendre la profession plus attractive et offrent des perspectives d’évolution de carrière nouvelles. »

Autorisés par l’article 51 de la loi Bachelot, ces protocoles (rares au demeurant) permettent la mise en place, à titre dérogatoire et à l’initiative des professionnels sur le terrain, de transferts d’actes ou d’activités de soins.

Très favorable au dispositif, l’Ordre des infirmiers a toutefois appelé les pouvoirs publics à « plus de clarté » sur « la formation, l’évaluation et la rémunération » des professionnels amenés à exercer de nouvelles prérogatives. « Toute tâche nouvelle doit se traduire par une ligne supplémentaire à la fin du mois », a exhorté Didier Borniche, soucieux que les infirmiers ne soient pas perçus comme « un simple moyen de pallier les problèmes démographiques des déserts médicaux ».

Réaliser davantage d’actes.

Autre cheval de bataille de l’Ordre infirmier : l’extension du droit de prescription aux infirmiers libéraux, « qui existe [depuis mars 2012, selon certains critères et sous l’autorité d’un médecin], mais de manière insuffisante », aux dires de Didier Borniche. « Nous sommes capables de vacciner au domicile des patients », a-t-il déclaré.

L’Ordre déplore par ailleurs le « mode de fonctionnement dégradé » de certains établissements, où les infirmières salariées « exercent certains actes de manière officieuse » à la place des praticiens hospitaliers.

Pour y remédier, l’Ordre souhaiterait « donner un formalisme juridique à la profession » par la création de nouveaux métiers intermédiaires et la possibilité de réaliser plus d’actes, notamment en matière de vaccination et de prise en charge de la douleur. « Le problème, c’est qu’on touche aux prérogatives des autres », admet Didier Borniche. Sous-entendu les médecins. Et d’encourager les deux professions à « la coopération, l’écoute et la discussion. »

Avec 137 026 inscrits (52 % de salariés, 48 % de libéraux), l’Ordre des infirmiers est le second ordre professionnel de France, après celui des médecins.

 ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
Paris 5 C Autre 06.07.2013 à 12h17

« Déjà que les erreurs de prescription des médecins bac +12 font beaucoup de bruit, j'espère que les IDE bac+3 pourront y remédier... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« Non, les hôpitaux ne manqueront pas d'internes », clament les généralistes enseignants

INTERNES

Les centres hospitaliers (CH) vont-ils manquer d'internes à compter du 1er novembre, avec l'entrée en vigueur de la réforme du 3e cycle des... 2

Hôpitaux, cliniques : les Français distribuent les bons points à chaque secteur

hop clinique

Les Français accordent toujours une grande confiance aux professionnels de santé (84 %), devant la gendarmerie (79 %), l’armée (78 %), la... Commenter

À Bourgoin-Jallieu, médecins et personnels de l'hôpital s'élèvent contre un « management destructeur »

Mercredi, une dizaine de médecins et professionnels de santé se sont donné rendez-vous devant le Centre hospitalier Pierre-Oudot de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter