Assurance-maladie : le médicament supporte 56 % des économies réalisées

Assurance-maladie : le médicament supporte 56 % des économies réalisées

01.07.2013
  • 1372682534445074_IMG_108202_HR.jpg

Selon une étude du BIPE (Bureau d’information et de prévention économique), entre 2005 et 2013, la régulation du médicament en ville « a représenté plus de 1,1 milliard d’euros d’économies nouvelles par an pour l’assurance-maladie ».En 2012 et 2013, « on a même observé une hausse radicale avec (des économies de) 1,5 milliard » par an, précise le document.

Le poste « médicament » à lui seul aura donc représenté 56 % des économies réalisées durant cette période, continue le BIPE, alors qu’il ne représentait en 2013 que 15 % de l’ONDAM (objectif national de dépenses d’assurance-maladie). Ces économies ont été obtenues essentiellement par des baisses de prix, la régulation des volumes et la substitution par des génériques.

Parlant de « cure d’austérité », l’organisme estime que le surplus d’économies réalisé en 2012 et 2013 « reste sans commune mesure avec la problématique géante des comptes sociaux, qui nécessite une autre approche ».

Cette étude du BIPE tombe à point nommé pour les laboratoires pharmaceutiques, alors que le PLFSS (projet de loi de financement de la Sécurité sociale) 2014, actuellement en préparation, pourrait encore une fois solliciter ce secteur à concurrence d’au moins un milliard.

Le prochain Conseil stratégique des industries de santé (CSIS), qui doit se tenir vendredi 5 juillet en présence de Marisol Touraine et du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, sera l’occasion de faire le point sur cette mise à contribution croissante des laboratoires pharmaceutiques. Pour Hervé Gisserot, président du LEEM (Les entreprises du médicament), « il y a urgence à conférer à cette régulation une plus grande lisibilité, et à mieux partager l’effort au sein des acteurs du système ».

 H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
Jean-Philippe D Pharmacien 01.07.2013 à 21h58

≪ Et oui, c'est tellement facile et courageux : un médicament ne vote pas, ne siège pas dans une commission, et ne descend pas dans la rue. Les pharmaciens non plus d'ailleurs. Dommage ils devraient.. Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Recherche sur les cellules souches : un débat éthique, un casse-tête réglementaire et un défi industriel

Abonné
accroche

Les applications potentielles des cellules souches dans le domaine de la recherche et de la santé sont immenses. Dans la pratique, elles... Commenter

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... Commenter

Le Dr Yannick Schmitt élu à la présidence de ReAGJIR

Le Dr Yannick Schmitt a été élu à la présidence du Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants (ReAGJIR) à... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter