Amende et prison avec sursis requis contre le pédiatre retraité militant anti-IVG

Amende et prison avec sursis requis contre le pédiatre retraité militant anti-IVG

27.06.2013
  • 1372343386444311_IMG_107953_HR.jpg

Figure du militantisme anti-avortement, le Dr Xavier Dor, poursuivi pour entrave à l’IVG, comparaissait hier devant le tribunal correctionnel de Paris pour s’être introduit à 2 reprises en juin 2012 dans les locaux du Planning familial. À sa deuxième tentative, l’ancien pédiatre à la retraite avait remis de minuscules chaussons tricotés ainsi qu’une médaille bénite de la Vierge à une femme qui avait décidé d’avorter.

Le ministère public a requis 8 000 euros d’amende et un mois de prison avec sursis pour « pression morale et psychologique » et « actes d’intimidation ».

Un an après, la femme, une cadre commerciale de 42 ans, en larmes lors du récit des faits, assure avoir « culpabilisé » après sa rencontre avec le Dr Dor. « Il était d’une violence inouïe », a-t-elle ajouté. Le médecin de 84 ans est aujourd’hui à la tête de l’association « SOS tout-petits » créée en 1986, proche des catholiques intégristes et revendiquant « plus d’une centaine » d’actions dans les années 1980 dont des intrusions dans les blocs opératoires. Aujourd’hui, le Dr Dor assure être « pacifique ». « Où est le mal ? (...) c’est pour le bien commun que nous faisons cela (...) une loi est criminelle quand elle permet de tuer un enfant », s’est-il défendu. Déjà condamné à de multiples reprises pour des faits similaires, le militant anti-IVG a aussi lancé aux juges : « Je continuerai. »

Me Benoît Chabert, l’avocat des Hôpitaux de Paris, partie civile dans une autre affaire également jugée à l’audience s’est écrié : « Comment peut-on utiliser Dieu alors que c’est juste des relents personnels qu’on va jeter au visage des gens ? » Dans cette deuxième affaire, les faits remontent au 2 avril 2011. Le Dr Dor était venu, en compagnie de nombreuses personnes, manifester devant l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, à Paris, en exhibant des images de fœtus ensanglantés.

Le jugement a été mis en délibéré le 16 septembre.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
27.06.2013 à 21h57

« Merci au Quotidien d'enfin nous soumettre un vrai cas clinique diagnostic en F.M.C ! Selon Enrie Ey nous avons à nous interroger simplement sur " Petit tyran domestique" ou " Délire paranoiaque simp Lire la suite

Répondre
 
30.06.2013 à 12h00

« Henri EY ou Enrique ; il était basque. »

Répondre
 
27.06.2013 à 20h34

« Enfin un confrère courageux!
La violence des chaussons!
Voyons voyons un peu de bon sens!
Que veut on nous faire croire? »

Répondre
 
30.06.2013 à 12h09

« Profession Médecin-Psychiatre. Notre "courageux" confrère oublie que nous devons tolérance, respect et aide à l'Autre tant que l'on agit en conformité avec la Loi. Il peut écrire, manifester mais no Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 7

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter