Contrat d’accès aux soins : la guerre des nerfs et des chiffres

Contrat d’accès aux soins : la guerre des nerfs et des chiffres

26.06.2013
  • 1372262250444020_IMG_107849_HR.jpg

    Contrat d’accès aux soins : la guerre des nerfs et des chiffres

La polémique autour du contrat d’accès aux soins (CAS), actuellement proposé aux praticiens de secteur II pour réguler les dépassements d’honoraires, n’en finit pas de diviser la profession.

Ce mercredi, la CSMF annonce dans un communiqué que « le cap de 5 000 adhésions est franchi, malgré un retard à l’allumage des caisses qui ont mis près de quatre mois pour s’organiser ».

Jointe par « le Quotidien », la CNAM n’était pas en mesure de confirmer ce chiffre précis. « La dynamique d’adhésion à ce dispositif est désormais lancée », salue en tout cas la centrale du Dr Michel Chassang, très engagée dans le soutien au contrat. Il y a deux jours déjà, la branche spécialiste de la CSMF (UMESPE) annonçait un décompte de 4 667 signatures.

Dans plusieurs départements, ajoute la CSMF qui cite les Alpes-Maritimes et les Pyrénées-Orientales, « les objectifs fixés dans l’avenant 8 ont été très largement dépassés ». S’ils se confirment, ces nouveaux chiffres sur le nombre de contrats d’accès aux soins signés sont spectaculaires puisque les dernières données récentes de la CNAM, révélées par son directeur dans nos colonnes, faisaient état d’un peu plus de 3 000 contrats paraphés à fin mai. Le cap des 5 000 traduirait donc une accélération du rythme. « Cette dynamique démontre que ce contrat correspond aux attentes de nombreux praticiens », se félicite la CSMF.

Le BLOC dénonce des « menaces »

Autre syndicat, autre ton. Ce mercredi également, le syndicat Le BLOC, un des plus farouches détracteurs du contrat d’accès aux soins, adresse une lettre ouverte au directeur de l’assurance-maladie qui dénonce... de fortes pressions à la signature. « Pour atteindre leurs quotas [il faut un tiers de médecins éligibles signataires pour que le contrat entre en vigueur, soit 8 300 praticiens environ], certaines caisses d’assurance-maladie sont en train de changer de méthode et menacent les praticiens récalcitrants », accuse le syndicat.

Le BLOC évoque en particulier des « menaces de procédure pour dépassements abusifs » et des « menaces de procédure pour refus de soins ou facturations de dépassement pour les patients en CMU ». « Si les caisses ont des preuves de telles pratiques, alors il serait judicieux qu’elles lancent des procédures de sanction, que le praticien soit signataire ou non du CAS », objecte Le BLOC. « Ne jouez pas avec le feu du populisme Monsieur van Roekeghem, en essayant de dresser la population contre ses praticiens », ajoute le syndicat. Et de conclure que « si ces menaces injustifiées contre les praticiens ne cessent pas, notre syndicat portera plainte pour harcèlement ».

Le CAS, qui devait initialement entrer en vigueur au 1er juillet, a été reporté de trois mois, le temps d’atteindre le seuil nécessaire de médecins candidats. Un nouveau bilan sera dressé par les partenaires conventionnels au 30 septembre.

 CYRILLE DUPUIS
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 10 Commentaires
 
27.06.2013 à 23h26

« Mais je n'en reviens pas !! Sur le papier tue-mouches les médecins seraient scotchés à 4958 ? Mais c'est si difficile quel manque de lucidité ! Quelle aveuglement crasse... »

Répondre
 
27.06.2013 à 11h57

« Signer c'est mettre la tête dans le piège à loup. En référence à certains dessins humoristique circulant sur le web : alors penché en avant, la tête bien bloquée dans le piège, le renard vient se fa Lire la suite

Répondre
 
JEROME M Médecin ou Interne 27.06.2013 à 00h05

≪ 30 ans d’erreurs conventionnelles, de promesses non tenues, d’idéologie et de fautes politiques. L'histoire de notre profession a montré que le sens du vote quel qu'il soit n'a en rien amélioré le n Lire la suite

Répondre
 
26.06.2013 à 21h10

≪ En tout cas moi je connais personne qui a signé ... s'en vantent pas.... doivent être honteux de céder à la pression de Chassang. ≫

Répondre
 
26.06.2013 à 20h56

≪ Je pense que le BLOC a raison. F. van Roekeghem est un personnage intouchable qui a des instructions ministérielles et se débrouille comme il peut… Qu'il s'agisse d'un exercice libéral et/ou hospita Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 1

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... Commenter

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter