En sous-effectifs, les généralistes enseignants reprochent à Fioraso de ne pas respecter la loi

En sous-effectifs, les généralistes enseignants reprochent à Fioraso de ne pas respecter la loi

13.06.2013
  • 1371131484440744_IMG_107023_HR.jpg

Le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) dénonce l’« inertie » et les « renoncements » de la ministre de l’Enseignement supérieur, dans un courrier adressé à Geneviève Fioraso, qui entraînent selon lui la « paupérisation » de la filière universitaire de la discipline, « gravement en danger ».

Les enseignants reprochent à l’actuel gouvernement de ne pas respecter, tout comme son prédécesseur, une disposition de la loi HPST promulguée en juillet 2009 qui prévoyait la nomination annuelle de 20 professeurs, 30 maîtres de conférence et 50 chefs de clinique de médecine générale pendant 4 ans.

Cette interpellation intervient deux semaines après que le collège a regretté le sous-effectif chronique des généralistes enseignants dans les UFR.

« Le manque cruel de moyens est connu, la nécessité d’un rattrapage significatif est consensuelle », écrit le Pr Vincent Renard, président du CNGE.

Et les nommés... ne sont pas généralistes.

Selon l’enquête du collège, la médecine générale ne compte que 124 postes d’enseignants à temps plein à l’université pour encadrer 13 288 internes. La spécialité recense 29 professeurs et 8 maîtres de conférence titulaires, 61 professeurs associés et 114 maîtres de conférences associés (ces postes sont le plus souvent des mi-temps). « Le ratio enseignants temps plein/internes s’établit à 1/107 alors que le ratio souhaitable est de 1/20 », affirme le CNGE.

Seuls deux professeurs titulaires ont été nommés à la dernière rentrée universitaire par la voie de l’intégration pour 34 facultés et 3 jeunes ont accédé à la titularisation par la voie du concours, ajoute le Pr Renard, qui redoute une situation pire encore à la rentrée prochaine.

Le CNGE observe que « la médecine générale demeure la seule spécialité dont les nominations ne sont pas décidées par les titulaires de leur propre discipline » et réclame la création d’une sous-section autonome au sein du Conseil national des universités (CNU).

Par ailleurs, les chefs de clinique de médecine générale ne disposent toujours pas d’un statut alors qu’une concertation devait aboutir cette année. « Nous n’avons enregistré depuis l’année dernière aucune décision marquant un quelconque intérêt pour l’enseignement de la médecine générale », regrette le Pr Renard.

Très sévère, le président du CNGE souligne que pour la seconde année consécutive, Geneviève Fioraso n’a pas prévu de se rendre au congrès national du CNGE prévu en novembre.

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 14.06.2013 à 08h03

« Pourquoi créer des professeurs de médecine générale sachant que la réforme qui se prépare créera des sous médecins qui échoueront au futur concours régional et deviendront des techniciens de santé e Lire la suite

Répondre
 
13.06.2013 à 20h34

« Sous-effectif, sûrement. Mais avez vous vu passer un questionnaire de recrutement ? Lorsque j'ai déposé ma candidature, on m'a demandé mes objectifs (?) »

Répondre
 
13.06.2013 à 23h44

« Merci pour cet article.
Il est invraisemblable que la Médecine Générale continue à être aussi maltraitée ! Les gouvernements changent, les fonctionnaires de la santé et de l'enseignement supérieur Lire la suite

Répondre
 
14.06.2013 à 17h24

« Bravo mon cher confrère, je suis en retraite maintenant et la médecine générale a toujours été un but pour moi (première année en 73-74) on a été les valets de la santé. Je payais 53% de charges, m Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 26

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 23

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter