Risque infectieux lié aux sondes endocavitaires : la SFED met en garde contre tout amalgame

Risque infectieux lié aux sondes endocavitaires : la SFED met en garde contre tout amalgame

11.06.2013
  • 1370965256440295_IMG_106935_HR.jpg

    Risque infectieux lié aux sondes endocavitaires : la SFED met en garde contre tout amalgame

La Société Française d’Endoscopie Digestive (SFED) publie un communiqué, à la suite de l’article publié dans « Le Canard Enchaîné » (édition du 5 juin), qui accuse les praticiens d’endoscopies digestives et d’échographies endocavitaires (gynécologues, urologues et gastro-entérologues) d’être responsables de « 30 000 infections nosocomiales après avoir subi une endoscopie ». La polémique sur les sondes d’échographie endocavitaire et d’endoscopie digestive qui dure depuis 2007 a été relancée récemment par l’eurodéputée Michèle Rivasi, et bruyamment relayée par le Canard.

Procédures de nettoyage et contrôles microbiologiques

La SFED déplore que, pour ce qui est de sa spécialité, « de nombreux patients annulent leurs rendez-vous de coloscopie et de gastroscopie alors que cet examen pourrait leur éviter un cancer digestif. »

Pour cette Société, une mise au point s’impose.

Ainsi, pour les endoscopes utilisés en gastro-entérologie, comportant des éléments d’optique et des instruments chirurgicaux, les procédures de nettoyage ainsi que les contrôles microbiologiques « sont extrêmement rigoureux. » Ils sont définis par des textes précis*, qui ne sont pas les mêmes que pour le nettoyage des sondes d’échographie, indique le communiqué.

Une infection pour plus de 2 millions d’explorations

« Le risque infectieux généré par une endoscopie digestive effectuée dans les conditions normales est très faible. Il est estimé à une infection pour plus de 2 millions d’explorations représentées par les gastroscopies et les coloscopies réalisées en un an en France », indique le SFED.

Un faible risque à mettre en regard du « bénéfice très important de dépister en endoscopie des maladies graves. » Dans le cas du cancer colorectal, 35 000 nouveaux cas apparaissent en France chaque année, avec « 17 000 morts en grande partie évitables si les sujets à risque de cancer colorectal ou dépistés par les tests fécaux bénéficiaient d’une coloscopie de dépistage avec ablation éventuelle de polype dans le même temps », indique la SFED.

* Circulaire n° 591 du 17/12/03 et recommandations DGS/DHOS de mars 2007.

Dr BÉ.V.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 7

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter