124 temps plein pour 13 000 internes : les généralistes restent à la porte de l’Université

124 temps plein pour 13 000 internes : les généralistes restent à la porte de l’Université

31.05.2013
  • 1370012281437194_IMG_106131_HR.jpg

Le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) tire la sonnette d’alarme. La médecine générale est certes devenue une spécialité à part entière en 2004 avec la création d’un diplôme d’études spécialisées (DES). Mais dans les facultés, la médecine générale peine à convertir en postes cette reconnaissance universitaire et souffre d’un sous-effectif chronique d’enseignants.

Selon les résultats de l’enquête du CNGE, la filière universitaire de médecine générale ne compte que 124 postes d’enseignants à temps plein pour encadrer 13 288 internes. Dans le détail, la spécialité recense 29 professeurs et 8 maîtres de conférence titulaires. Par ailleurs, 61 professeurs associés et 114 maîtres de conférences associés assurent des enseignements (ces postes sont le plus souvent des mi-temps).

Aucun rattrapage

« Le ratio enseignants temps plein/internes s’établit à 1/107 alors que le ratio souhaitable est de 1/20 », affirme le CNGE. Aucune amélioration n’est à noter depuis l’an dernier.

Pire, le nombre de chefs de clinique décline. Ils sont 76 chefs de clinique des universités et 11 chefs associés pour toute la France. La médecine générale est choisie par environ la moitié des internes mais la discipline ne concerne que 3 % des chefs de clinique, se désole le CNGE. « Aucune amélioration n’est envisagée, aucun plan de rattrapage n’est prévu, les tutelles ne manifestent aucune volonté », déplore le Pr Vincent Renard, président du CNGE. Le responsable attend un « geste minimum » du ministère de l’Enseignement supérieur ; 15 enseignants associés sont candidats à une titularisation et 26 autres espèrent un poste de maître de conférence associé.

La maîtrise de stage, en revanche, a le vent en poupe. La spécialité compte environ 7 000 maîtres de stages – leur nombre a doublé en 3 ans.

Enfin, plusieurs maisons de santé attendent toujours leur label universitaire. Une réunion est prévue au ministère de la Santé fin juin sur ce sujet, explique le Pr Renard.

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
02.06.2013 à 09h25

« En ce qui me concerne, je ne souhaiterais pas être l'un de ses patients car bien qu’extrêmement respectueuse de sa carrière et de sa grande expérience, je pense qu'il y a un temps pour tout et que l Lire la suite

Répondre
 
04.06.2013 à 10h38

« Quand on voit la capacité de réflexion des jeunes médecins qui considèrent que l'IRM a remplacé le stéthoscope, je pense que je ferai confiance à ce VIEUX médecin. »

Répondre
 
31.05.2013 à 19h59

« Pauvre médecine, et surtout pauvres patients...
J'aimerais être jeune étudiant, et stagiaire chez ce médecin âgé de 91 ans, qui travaille toujours, à Callac (22), car son enseignement est sans aucu Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 4

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... 1

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter