L’AP-HP veut fermer les urgences de l’Hôtel-Dieu en novembre

L’AP-HP veut fermer les urgences de l’Hôtel-Dieu en novembre

14.05.2013
  • 1368550109432670_IMG_105019_HR.jpg

Le 4 novembre 2013, les urgences de l’Hôtel-Dieu, en plein Paris, tireront le rideau. Ainsi en a décidé ce mardi l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Loin d’éteindre la polémique, l’annonce officielle attise le feu qui couve depuis des mois. Aussitôt les élus locaux sont montés au créneau.

Que prévoit la nouvelle organisation sur l’île de la Cité ? Le maintien à l’Hôtel-Dieu des activités médico-judiciaires, la fermeture du service d’accueil des urgences (40 000 passages par an), la mise en place d’un SMUR H24, et l’ouverture de consultations au tarif opposable et sans rendez-vous, également H24.

Voilà pour les missions générales du nouvel Hôtel-Dieu, conçu comme un hôpital universitaire de santé publique, sans lits. Un « hôpital debout », selon la direction. Dans le détail, tout reste à définir : l’organisation des activités et de la permanence des soins, la composition des équipes et le rôle joué par les médecins libéraux, l’invention d’un nouveau modèle de financement, la façon dont sera intégrée la recherche dans l’activité de soins.

40 000 passages aux urgences à redistribuer

L’AP-HP a désigné une équipe pour répondre à ces questions dans les prochains mois. À sa tête, le Pr Yves Fagon déroule la logique poursuivie : « Il y a quatre énormes hôpitaux à moins de 3 km de l’Hôtel-Dieu : Cochin, la Pitié-Salpêtrière, Saint-Antoine et Lariboisière. Les 40 000 passages aux urgences de l’Hôtel-Dieu seront redistribués vers ces sites, avec un redéploiement d’environ 80 % du personnel. Des travaux d’adaptation permettront d’absorber cette surcharge. D’après l’hypothèse retenue, il n’y aura pas d’aggravation du délai d’attente aux urgences dans Paris intra muros ».

Le Dr Gérald Kierzek, urgentiste à l’Hôtel-Dieu et fer de lance de la contestation, parie au contraire que les autres urgences parisiennes vont rapidement saturer. « On démédicalise le centre de Paris, dit-il. Si un attentat survient, comme à Boston, chacun prendra ses responsabilités ». Il ajoute : « La décision prise est administrative. Elle a le mérite de la clarté, on sort enfin de la stratégie du pourrissement. Mais il va falloir expliquer cela à la population qui votera en 2014. Aux politiques de prendre position ».

D. CH.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 11 Commentaires
 
18.05.2013 à 18h34

« Les urgences des hôpitaux alentours sont déjà sursaturée avec un délai d'attente digne des pays sous médicalisés. Les médecins généralistes ne pourront pas faire FACE. Pauvre FRANCE... même le fleur Lire la suite

Répondre
 
15.05.2013 à 23h18

« Bon courage aux autres »

Répondre
 
15.05.2013 à 00h10

« Les urgences médico judiciaire restent sur place, sans le support des urgences polyvalentes, c'est une ineptie.... »

Répondre
 
15.05.2013 à 10h09

« Je confirme l'ineptie - une plaie par arme blanche sous-évaluée - une dyspnée laryngée subite après manoeuvres de strangulation - une surdose de stupéfiants, tout ceci sans logistique des urgences g Lire la suite

Répondre
 
14.05.2013 à 21h45

« Enfin une décision réaliste mais qui perturbe les féodalités médico-politicienne en place.
Médecin, ancien urgentiste francilien »

Répondre
 
14.05.2013 à 21h04

« vive mst »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 26

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 23

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter