Virus grippaux A(H7N9) et A(H5N1) : le HCSP publie des recommandations pour la prise en charge d’éventuels cas

Virus grippaux A(H7N9) et A(H5N1) : le HCSP publie des recommandations pour la prise en charge d’éventuels cas

03.05.2013

Face à l’émergence du nouveau virus H7N9 en parallèle à la circulation du H5N1 en Asie du Sud-Est et en Égypte, le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP) publie des recommandations concernant la prise en charge des patients. S’il n’y a pas de cas répertoriés en Europe, l’entrée de personnes infectées n’est pas exclue. Les mesures sont justifiées par le « potentiel pandémique » de ces virus, ainsi que leur forte létalité en l’état des connaissances, avec la nécessité de protéger au mieux les professionnels de santé. « Il est important de noter que les régions touchées à ce jour peuvent être des régions où circulent les deux virus A(H7N9) et A(H5N1) et que les symptômes ne permettent pas d’orienter d’emblée vers l’infection par l’un ou l’autre virus », précise le document destiné « à la gestion des suspicions de cas de grippe aviaire H7N9 et H5N1, sans transmission interhumaine avérée ou avec transmission interhumaine exceptionnelle ».

Les recommandations disponibles sur le site du HCSP précisent :

– La conduite à tenir en cas de signalement de suspicion d’infection à grippe aviaire H7N9 ou H5N1. Le risque de propagation de ces deux virus en Europe est considéré comme faible, mais des patients provenant des zones infectées (liste mise à jour sur le site de l’Institut de veille sanitaire, InVS pour les deux virus) peuvent entrer sur le territoire. Un cas doit être suspecté devant toute personne ayant voyagé en zone exposée, qui dans les 10 jours suivant son retour, présente des signes cliniques d’infection respiratoire aiguë (souvent grave et nécessitant une hospitalisation). Ou évidemment chez une personne ayant un contact étroit avec un cas possible ou confirmé, et qui souffre d’une infection respiratoire aiguë. Le cas est confirmé lorsque le prélèvement respiratoire indique la présence de H7N9 ou de H5N1. Le suivi des cas confirmés ou classés possible se fait en lien avec l’InVS.

Antiviraux recommandés

– La place des tests diagnostiques utilisés dans la grippe saisonnière pour le diagnostic des infections H7N9.

– Les conditions d’utilisation des traitements antiviraux. « Les souches H7N9 et H5N1 sont sensibles aux inhibiteurs de la neuraminidase (oseltamivir et zanamivir) et résistantes à l’amantadine et la rimantadine », précise le HCSP. Le traitement est donc « recommandé » et doit être instauré le plus rapidement possible, au mieux dans les 48 heures après l’apparition des symptômes. Un traitement symptomatique est donné en complément.

– Les recommandations en matière de précaution d’hygiène et de mesure barrière vis-à-vis des cas et des personnes contact ou co-exposées. En cabinet de médecine générale, dès la suspicion d’un cas, le médecin doit mettre un masque au minimum chirurgical et si possible FFP2, ainsi que des lunettes de protection, demander au patient de réaliser un geste d’hygiène des mains. Le patient doit également porter un masque et il doit être isolé des autres patients. À l’hôpital, des précautions complémentaires de type « Air » et « Contact » seront prises. La désinfection des matériels se fait avec l’hypochlorite de sodium à 0,1 % et avec tout autre produit utilisé pour les autres virus influenza.

Les médecins prenant en charge un patient doivent le faire en coordination et en contact avec l’InVS via la Cire, en précisant s’il existe des personnes potentiellement co-exposées.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter