Un nouveau traitement prometteur dans l’hépatite C

Un nouveau traitement prometteur dans l’hépatite C

24.04.2013
  • 1366811784428408_IMG_103989_HR.jpg

    Un nouveau traitement prometteur dans l’hépatite C

Des études de phase 3 sur le sofosbuvir, un inhibiteur nucléotidique de la NS5B, testé dans le traitement de l’infection par le VHC, ont été présentées lors du congrès de l’EASL* et publiées simultanément dans le « New England Journal of Medicine ». Les résultats montrent que chez des patients atteints d’hépatite C de génotypes 2 ou 3 et ne pouvant être traités par l’association peginterféron-ribavirine, le traitement associant sofosbuvir et ribavirine pendant 12 à 16 semaines est une alternative thérapeutique efficace.

Les études de phase 2 ont antérieurement montré l’efficacité du sofosbuvir contre les génotypes 2 et 3 du VHC. Ont été présentées les deux études nommées POSITRON et FUSION, dans lesquelles ont été randomisés des patients souffrant d’hépatite chronique C de génotype 2 et 3, qui n’étaient pas éligibles à l’interféron, ou qui n’avaient pas répondu à un traitement antérieur par l’interféron. Il n’y a actuellement pas de traitement approuvé pour ces patients.

Dans une étude, 207 patients ont eu le sofosbuvir (une dose unique orale) et la ribavirine et 17 un placebo, pendant 12 semaines. Dans l’autre, ils ont reçu l’association thérapeutique soit pendant 12 semaines (n = 103), soit pendant 16 semaines (n = 98). Le taux de patients ayant une réponse virologique maintenue à 12 semaines est de 78 % chez ceux ne pouvant prendre le peginterféron (et 0 % sous placebo, p < 0,001). Chez ceux pour qui le peginterféron n’avait pas été efficace, le taux de réponse est de 50 % pour 12 semaines de traitement et de 73 % pour 16 semaines de traitement (p < 0,001).

Ce nouveau traitement représente donc une option intéressante. Les auteurs notent que l’efficacité est accrue dans le sous-groupe des personnes ayant une infection par VHC de génotype 2 sans cirrhose. Et que chez les patients antérieurement traités et ayant un VHC de génotype 3, le traitement pendant 16 semaines est significativement plus efficace que celui de 12 semaines.

Ira Jacobson et coll., New England Journal of Medicine, 23 avril 2013.

* 48e Congrès de l’European Association for the Study of the Liver, Amsterdam.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La FHF pousse un nouveau cri d'alarme sur la situation budgétaire des hôpitaux

valletoux

Ce n'est pas la première fois cette année que la Fédération hospitalière de France (FHF) appelle le gouvernement à desserrer l'étau... Commenter

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 9

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter