Un plan mondial pour éviter 2 millions de décès dus aux diarrhées et pneumonies

Un plan mondial pour éviter 2 millions de décès dus aux diarrhées et pneumonies

12.04.2013

À 1 000 jours de l’échéance 2015 des objectifs du millénaire, l’Organisation mondiale de la santé et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) présentent un nouveau plan d’action pour lutter contre les deux maladies les plus meurtrières chez les enfants de moins de 5 ans, la pneumonie et la diarrhée.

La présentation du plan coïncide avec la publication par la revue « The Lancet » d’une série de 4 articles sur la morbidité, l’épidémiologie, les interventions les plus efficaces et le coût financier, autant de données qui ont servi de base factuelle au plan d’action intégré adopté par les deux organisations internationales.

En dépit d’une forte réduction de la mortalité infantile entre 2000 et 2010, la pneumonie et la diarrhée compte pour 30 % des décès d’enfants de moins de 5 ans dans le monde.

La prévention par la vaccination

En 2010, ont été recensés chez l’enfant de moins de 5 ans, 1,7 milliard d’épisodes diarrhéiques dont 36 millions de formes sévères et 120 millions d’épisodes de pneumonies dont 14 millions ont évolué vers une forme grave. En 2011, on compte 700 000 décès liés aux diarrhées et 1,3 million associés aux pneumonies, la plupart d’ailleurs survenant au cours des deux premières années de vie (72 % pour les diarrhées ; 81 % pour les pneumonies) et 90 % en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud. Environ un tiers des diarrhées est dû à un germe contre lequel existe un vaccin (rotavirus et choléra) alors que Streptococcus pneumoniae, le plus souvent rencontré, Haemophilus influenzae b et influenza sont retrouvés dans au moins 1 épisode d’infections pulmonaires sévères sur 3 et deux tiers des décès.

Le nouveau Plan d’action de l’OMS et de l’UNICEF définit des objectifs mondiaux clairs à atteindre d’ici à 2025 : la réduction de 75 % de l’incidence des pneumonies et diarrhées sévères chez les enfants de moins de cinq ans par rapport aux niveaux de 2010 et la quasi-élimination des décès. Il vise aussi la réduction de 40 % à l’échelle mondiale, du nombre d’enfants de moins de cinq ans souffrant d’un retard de croissance.

Pour atteindre ces objectifs, des cibles précisent ont aussi été fixées. Ainsi, 90 % des enfants devraient avoir accès à une antibiothérapie pour la pneumonie et à un traitement par sels de réhydratation orale pour la diarrhée, contre respectivement 31 % et 35 % aujourd’hui.

Allaitement au sein

Le Plan d’action fixe comme objectif intermédiaire d’obtenir que la moitié au moins des nourrissons de moins de six mois soient allaités exclusivement au sein, contre 39 % en 2012. Tous les enfants devraient avoir accès à des installations sanitaires améliorées et à une eau potable, contre 63 % et 89 % respectivement aujourd’hui.

« Compte tenu des résultats satisfaisants déjà obtenus dans certains pays en ce qui concerne l’introduction de nouveaux vaccins antipneumococciques et antirotavirus, le Plan d’action vise un taux de couverture de 90 % d’ici à 2025 », souligne le rapport.

Le Plan d’action mondial des Nations unies fournit une « feuille de route » pour les gouvernements et leurs partenaires afin de planifier et mettre en œuvre de manière coordonnée des approches intégrées pour la prévention et la lutte contre les deux maladies. « Nous savons ce qu’il faut faire. Si l’ensemble de la population des 75 pays où les taux de décès sont les plus élevés avait accès aux mêmes interventions essentielles que les 20 % de ménages les plus riches, nous pourrions éviter les décès de 2 millions d’enfants dès 2015, échéance prévue pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement », a indiqué le Dr Mickey Chopra, chef des programmes de santé de l’UNICEF. Selon « The Lancet », près de 2,9 milliards de dollars (2,2 milliards d’euros) seront nécessaires pour mettre en œuvre le plan.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter