Ostéopathie : contre le « chaos », un syndicat demande l’encadrement de la profession

Ostéopathie : contre le « chaos », un syndicat demande l’encadrement de la profession

05.04.2013
  • 1365094355422877_IMG_102451_HR.jpg

Le Syndicat français des ostéopathes (SFDO) appelle le gouvernement à réguler d’urgence sa profession. Car en dépit d’une reconnaissance officielle depuis la loi du 4 mars 2002, l’ostéopathie traverse une crise profonde. « Elle rencontre un succès croissant et continu auprès des patients mais suscite de nombreuses questions et oppositions en raison notamment du nombre exponentiel de professionnels sur le territoire », affirme le SFDO.

74 écoles !

Plus de 17 000 ostéopathes exercent en France et 74 écoles ont été agréées par le ministère de la Santé. « Le manque d’encadrement officiel de la profession et la grande hétérogénéité des formations proposées participent à ce chaos », poursuit le SFDO. Le syndicat demande aux pouvoirs publics d’établir des « repères fiables » permettant de garantir aux patients une « ostéopathie de qualité ».

Selon cette organisation, il serait nécessaire que les ostéopathes exclusifs soient enregistrés auprès d’un unique organisme représentatif, après une formation de 5 ans minimum (4 200 heures dont 800 de stages pratiques, critères de l’OMS). Par ailleurs, une consultation devrait durer de 30 à 45 minutes et son coût être compris entre 40 et 60 euros en moyenne. Un interrogatoire et un examen préalable devraient être réalisés par l’ostéopathe, ajoute le SFDO, afin de s’assurer que le patient ne présente aucune contre-indication à une prise en charge ostéopathique.

Tensions avec les médecins

Depuis la loi du 4 mars 2002, le titre d’ostéopathe est partagé entre les professionnels de santé et les ostéopathes exclusifs. Or, leurs relations se sont considérablement tendues ces dernières semaines. L’Union des médecins ostéopathes (UMO), qui fédère trois syndicats, le SNMO, le SMMOF et Ostéos de France, a dénoncé l’exercice d’ostéopathes exclusifs dans des cabinets médicaux, des cliniques mais aussi des hôpitaux publics et privés, alors que leur présence y est interdite. De même, les médecins ostéopathes s’inquiètent que la frontière soit de plus en plus poreuse entre le médecin qui établit un diagnostic et l’ostéopathe exclusif.

« Le climat est de plus en plus corporatiste, regrette Thibault Dubois, porte-parole du SFDO. L’Ordre des médecins recommande de ne pas accepter d’ostéopathes exclusifs dans des maisons de santé mais il y a quelques exemples où cette présence est tolérée et où cela marche bien. »

Le responsable syndical relève que l’AP-HP va lancer un appel à projet dans les 3 années qui viennent pour faire de la recherche sur la médecine complémentaire « et l’ostéopathie en fait partie ».« À Paris et à Lyon, quelques ostéopathes exclusifs ont déjà été intégrés à des projets de recherche », ajoute Thibault Dubois. Il juge que la formation doit être tirée par le haut pour tous les ostéopathes, professionnels de santé ou non.

Signaux contradictoires de l’État

La réglementation de 2007 n’a en effet rien réglé et les écoles d’ostéopathie dont le niveau est disparate ont poussé comme des champignons. Une commission nationale d’agrément des écoles d’ostéopathie avait bien vu le jour mais elle n’a pas été renouvelée en juin dernier. Elle n’a donc pu donner son avis – consultatif mais pourtant obligatoire – sur la dizaine d’agréments et renouvellements enregistrés par le ministère de la Santé depuis cette date.

Le SFDO a décidé d’engager des recours contre chacun d’eux pour non-respect de la procédure. En janvier, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a annulé l’arrêté d’agrément d’un institut de formation en raison du défaut d’avis préalable de la commission nationale d’agrément.

Le SFDO déplore les signaux contradictoires envoyés par les pouvoirs publics sur ce sujet. « D’un côté on nous reçoit pour parler d’une évolution de la réglementation et de l’autre l’État se met dans l’illégalité en délivrant de nouveaux agréments d’école », déplore Thibault Dubois.

L’ostéopathie semble avoir plus que besoin d’une reprise en main des pouvoirs publics.

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 10 Commentaires
 
08.04.2013 à 19h12

« Changeons cet affreux terme d'ostéopathe qui étymologiquement est le malade des os. Que dire alors de "l'ostéopathie viscérale".... Parlons plutot d'ostéothérapie ou mieux encore de médecine manuel Lire la suite

Répondre
 
06.04.2013 à 23h01

« Le SNMR , Syndicat National des Médecins Rhumatologues s'est élevé à plusieurs reprises contre la formation incontrôlé des ostéopathes/chiropracteurs non médecins. Ceci pose désormais un vrai problè Lire la suite

Répondre
 
ANAS M Médecin ou Interne 06.04.2013 à 10h17

« Je propose une consultation ostéopathique à 23 euros avec une régulation par les caisses d'assurance maladie. Vous verrez le nombre d'installations va fondre comme neige au soleil ! »

Répondre
 
06.04.2013 à 16h07

« STUPIDE!!!!! La consultation moyenne en médecine ostéopathique est de 35 à 40 mn. Quelle est la durée moyenne en France d'une consultation MG à 23€ ? »
Profession: médecin ostéo

Répondre
 
08.04.2013 à 08h19

« Je propose une consultation de médecine générale qui dure 45 mn... »

Répondre
 
06.04.2013 à 10h07

« L'ordre national des médecins, les syndicats des médecins, les médecins ostéopathes et les kiné ostéopathes ont complètement "loupé" leur défense et celle des malades. »

Répondre
 
06.04.2013 à 10h06

« Je suis médecin expert depuis 33 ans. Depuis plus de dix ans, je suis amené à participer, sur tout le territoire national, à des expertises mettant en cause des Médecins, des Kinésithérapeutes et de Lire la suite

Répondre
 
06.04.2013 à 16h20

« Merci de ce témoignage. J'ai été ostéopathe non médecin (ex-kiné) pendant 12 ans, et suis médecin ostéopathe depuis 20 ans. J'ai pratiqué près de 400 000 manipulations : jamais le moindre accident ! Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La multimorbidité devrait doubler chez les personnes âgées d’ici 2035, en Grande-Bretagne

agees GB

D’après une étude parue dans « Age and Ageing », le journal de la Société britannique de gériatrie, le nombre de personnes âgées souffrant... Commenter

L'agence du DPC lance un dispositif de signalement pour mieux contrôler la qualité des actions

dpc

Le développement professionnel continu (DPC) est sur de bons rails. Selon l’Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC)... 1

Décès brutal d’un interne au CHU de Strasbourg

Abonné
chu strasbourg

Le centre hospitalier universitaire de Strasbourg a confirmé au « Quotidien » le décès d’un interne en médecine générale, survenu mercredi... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter