Dr Héau, premier médecin de Koh-Lanta, témoigne

Dr Héau, premier médecin de Koh-Lanta, témoigne

03.04.2013
  • Héau

Après les drames qui viennent de toucher l’émission Koh-Lanta, le décès d’un jeune participant quelques jours après son arrivée au Cambodge et le suicide du Dr Thierry Costa médecin de l’émission, le Dr Emmanuel Héau, le premier à avoir accompagné le tournage il y a 12 ans, témoigne.

Vous avez été le premier médecin à participer au tournage de Koh-Lanta en 2001, comment réagissez-vous face aux deux drames actuels ?

Pour le jeune candidat, c’est terrible de mourir au cours d’une émission qui est un divertissement. C’est maintenant à l’enquête judiciaire de faire la lumière sur les circonstances exactes du décès. Sur le suicide du médecin, il y a plus à dire : il faut avoir une forte personnalité pour résister à la rumeur avant même que la justice ait fait son travail.

Cela me rappelle l’affaire du Dr Didier Destal, psychiatre du Loft. Il avait dû affronter ses détracteurs, qui l’accusaient « d’être la caution médicale d’un programme dangereux pour l’équilibre psychique des candidats ». Des détracteurs que l’on trouvait dans le grand public mais aussi auprès de collègues. Pourtant son contrat de travail avait été validé par le Conseil national de l’Ordre et le ministère de la Santé. Certains sites Internet font de la surenchère et vendent du sensationnel ou relayent des rumeurs. Ils remettent en question en quelques instants la réputation, l’éthique, le travail, la famille d’un médecin. Je conseille vivement aux témoins inconnus de lever le voile et d’aller devant un tribunal, ou de solliciter le Conseil de l’Ordre des médecins.

Pourquoi et comment avez-vous eu l’occasion de participer à cette émission ?

D’abord parce que je suis diplômé de médecine tropicale et que j’ai exercé dans divers endroits hors de France la médecine tropicale, et que je connais aussi l’urgence. J’ai été sélectionné sur mes capacités, mes connaissances. C’était un travail intéressant, une expérience professionnelle nouvelle. J’étais curieux de voir comment travaille une équipe de tournage. Concernant les honoraires, deux mois de remplacement m’ont contraint à souscrire un emprunt en rentrant de ce tournage. Donc, ce n’est certainement pas l’appât du gain.

Aviez-vous les moyens d’exercer votre métier selon vos exigences ?

Bien entendu. Non seulement pendant le tournage, mais aussi en amont, lors de la sélection des candidats. L’émission est préparée trois mois avant, je les ai tous vus et j’ai examiné leurs dossiers. Lors de la sélection, j’ai dû exclure par le SAMU un homme qui, après 200 mètres de natation, était tachycarde. Certains essayent de dissimuler une infection. Comme on sait que l’on va gérer une situation à risque, l’examen est plus approfondi. Beaucoup de bilans sont faits avant le départ : biologique, cardiologique, rhumatologique etc…

Et sur place ?

Tous les candidats sont partis avec un traitement contre le paludisme. Tous dormaient sous des moustiquaires même si la caméra ne l’a jamais montré. J’ai personnellement préparé des potions hypercaloriques pour certains. Sur place, je les pesais régulièrement, leur prenais la tension artérielle et m’entretenais en « off » avec eux. Je faisais mon métier de médecin.

Quelles garanties aviez-vous avant de partir ?

La déclaration de cette activité au Conseil national de l’ordre, qui est obligatoire, et la signature de mon contrat. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un contrat de travail, qu’un médecin est embauché, comme sur les plateformes de Total ! On ne part pas pour 16 candidats mais pour être le médecin d’une équipe de 100 personnes.

De plus, j’ai également été en contact avec les assureurs pour les évacuations d’urgence si elles devaient se présenter, en lien permanent avec la France pour commander des médicaments, et avec mon service de maladies infectieuses d’origine, pour confronter les diagnostics, si besoin. Nous disposions de talkie-walkie pour que les concurrents soient en lien avec la production jour et nuit et en cas d’urgence.

De telles émissions ne pourraient pas exister sans médecin ?

Certainement, elles pourraient exister. Cependant, le médecin n’est pas là pour servir de caution, il est présent pour pratiquer son métier en toute indépendance.

Propos recueillis par les Drs ANNE TEYSSÉDOU-MAIRÉ ET LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
07.04.2013 à 09h20

« Comment pouvoir participer à une véritable ignominie. »

Répondre
 
Candide Médecin ou Interne 04.04.2013 à 11h34

« En toute indépendance, pas pour l’argent : comme c’est beau, comme c’est simple.
Surtout, ne prenez pas de Neuroleptiques (auteur) ; quant aux lecteurs … « ça dépend » … »

Répondre
 
04.04.2013 à 15h32

« Pitoyable aigri qui s'aggrippe à son radeau d'illusion. »

Répondre
 
Candide Médecin ou Interne 05.04.2013 à 13h32

« Gentil confrère, où situez-vous l’illusion : par rapport à l’existence du dopage, de la toxicomanie, du mercantilisme, de la servilité, de la goujaterie intellectuelle ou bien, dans l’hypothèse où v Lire la suite

Répondre
 
03.04.2013 à 23h29

« Bonjour, je voudrai tout de même ajouter que les participants ont fait un choix. Je suis passionné d'avion et j'ai perdu beaucoup d'amis dans des accidents. Celui qui ne veut pas mourir dans un acci Lire la suite

Répondre
 
03.04.2013 à 22h34

« Décevant ! peu d'intérêt. On apprend rien de nouveau! Un médecin. »

Répondre
 
03.04.2013 à 22h22

« Parfait. Rien à ajouter. Tout est dit ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 1

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 3

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter