Découverte de particularités du VIH, utiles pour élaborer un vaccin

Découverte de particularités du VIH, utiles pour élaborer un vaccin

03.04.2013
  • 1364999121422481_IMG_102356_HR.jpg

    Découverte de particularités du VIH, utiles pour élaborer un vaccin

Pour mettre au point un vaccin contre le VIH, la description des interactions hôte-virus au moment de la transmission est fondamentale. Des scientifiques ont décrypté certaines des particularités du VIH lorsqu’il est capable d’infecter un nouvel organisme.

On sait qu’une personne infectée chroniquement par le VIH héberge en réalité une très grande variété de souches, qui se développent au fil du temps par transformations virales multiples. Quand toutes ces variétés de virus sont transmises chez un partenaire non infecté, une seule est capable de provoquer l’infection, expliquent les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie, dirigés par Bette Korber.

Leur travail a consisté à cloner des virus prélevés chez une personne nouvellement infectée et d’autres provenant d’un individu chroniquement infecté et à les comparer.

Quelques corrélations claires apparaissent : les VIH capables de nouvelles infections présentent des traits moléculaires spécifiques qui les distinguent des virus présents dans une forme évoluée d’infection. Ainsi, ils sont 1,7 fois plus infectants (p = 0,049) que les virus d’infections plus anciennes. Comparativement aux virus chroniques, ils sont capturés par les cellules dendritiques plus efficacement (p = 0,035) et présentés aux CD4 plus rapidement (p = 0,025). Et la protéine d’enveloppe « Env » est présente en quantité significativement plus importante (1,9 fois ; p = 0,048). Cette protéine est utilisée pour la pénétration virale dans la cellule hôte.

Orage de cytokines

Une autre propriété, qui pourrait être une caractéristique de toute infection virale débutante, est que le VIH infectant est capable de croître et se multiplier en présence d’interféron alpha. On sait que l’interféron alpha est une des cytokines antivirales produites par la réponse immunitaire innée face à toute nouvelle attaque infectieuse.

Une nouvelle infection déclenche un « orage de cytokines », qui se réduit ensuite progressivement. Ainsi, sous une certaine forme, le VIH est capable de faire face à cet orage de cytokines. Ce qui le distingue des formes du VIH correspondant aux infections chroniques, qui sont en revanche inhibées par l’interféron alpha.

Jusqu’ici, on avait décrypté des propriétés phénotypiques portant sur le tropisme des virus vis-à-vis des corécepteurs CCR5, et CXCR4.

« Ces nouvelles propriétés virales, qui agissent probablement de manière simultanée, méritent d’être prises en considération dans la mise au point d’un vaccin », conclut l’équipe.

PNAS, 1er avril 2013.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Prise de têtes à la FHF ?

gruson

Le délégué général de la Fédération hospitalière de France (FHF) David Gruson pourrait quitter ses fonctions pour cause de conflit avec le... Commenter

Aluminium dans les vaccins : rien pour l'instant ne remet en cause la balance bénéfice risque

vaccins

« Vaccins. Le rapport qui dérange » titre en « une » « le Parisien » de ce 22 septembre. « Exclusif. D'après un rapport sérieux et inédit, b... Commenter

À Bourgoin-Jallieu, médecins et personnels de l'hôpital s'élèvent contre un « management destructeur »

Mercredi, une dizaine de médecins et professionnels de santé se sont donné rendez-vous devant le Centre hospitalier Pierre-Oudot de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter