Les virus grippaux toujours actifs

Les virus grippaux toujours actifs

20.03.2013
  • 1363793999419054_IMG_101302_HR.jpg

    Les virus grippaux toujours actifs

L’épidémie de grippe poursuit sa « décrue », indique le bulletin hebdomadaire de l’Institut de veille sanitaire. Au cours de la semaine du 11 au 17 mars, « le taux d’incidence des consultations pour syndromes grippaux à partir des données du Réseau unifié, données conjointes du Réseau des Grog et du réseau Sentinelles, est de 215 cas pour 100 000 habitants... en nette diminution depuis la semaine du 4 au 10 février 2013 », précise l’InVS.

Si le reflux annoncé se poursuit, le réseau des Groupes régionaux d’observatoire de la grippe prévient cependant : « Les virus grippaux restent actifs. » Depuis le début de l’épidémie les virus grippaux B et A ont circulé de façon quasi-égale (47 % virus grippaux de type A : 22 % A(H1N1)pdm09, 18 % A(H3N2), 7 % A non typés ; 53 % virus grippaux de type B). Le seuil épidémique n’est plus franchi au plan national, mais la grippe reste épidémique dans 7 régions : Auvergne, Aquitaine, Bourgogne, Bretagne, Languedoc-Roussillon, Pays-de-la-Loire et Picardie. Le nombre de passages aux urgences et celui des hospitalisations sont en « nette diminution par rapport à la semaine précédente », précise l’InVS.

Létalité inférieure à celle de 2010-2011

De même la baisse du nombre hebdomadaire de cas graves de grippe admis en réanimation se poursuit. Les cas graves ont été majoritairement infectés par un virus de type A (69 %) et 76 % d’entre eux présentaient un facteur de risque. L’âge des cas s’étendait de 15 jours à 97 ans avec une médiane à 57 ans. Depuis le début de l’épidémie, 98 décès sont survenus. Parmi ces patients décédés, 83 % avaient un facteur de risque, 72 % ont été infectés par un virus A. La létalité à 15 % reste significativement inférieure à celle observée en 2010-2011 et pendant la pandémie.

La surveillance en population par Grippenet.fr confirme la baisse de l’activité grippale : 86 % des participants à GrippeNet.fr ont déclaré n’avoir eu aucun symptôme. Parmi ceux qui ont déclaré au moins un symptôme, 8 % avaient le nez qui coule ou bouché, 5 % de la toux, 5 % des éternuements et 4 % des maux de gorge.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 10

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter