Drame de Port-Royal : la mère du bébé mort dénonce le rapport qui blanchit la maternité

Drame de Port-Royal : la mère du bébé mort dénonce le rapport qui blanchit la maternité

19.03.2013
  • port-royal

La maternité de Cochin-Port- Royal a été blanchie par une enquête interne « exceptionnelle » diligentée à la suite de la perte de son bébé par une patiente qui avait été renvoyée chez elle, a annoncé lundi soir l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Les faits s'étaient produits au début de l'année. Les 29 et 31 janvier, la parturiente était venue pour un examen médical et un déclenchement d'accouchement mais le personnel de la maternité avait considéré que c'était trop tôt et qu'il n'y avait pas de risque. Elle s'était présentée de nouveau dans la nuit du 31 janvier au 1er février mais avec un foetus mort in utero. L'établissement avait alors été mis en cause pour ses capacités d'accueil.

Selon le communiqué de l'AP-HP, les capacités d'accueil de la maternité étaient suffisantes et il n'y a pas eu d'erreur médicale. Néanmoins la mission d'enquête a préconisé d'améliorer l'accueil et la prise en charge des patientes, et une enquête judiciaire est toujours en cours. 

La mère du bébé mort in utero a dénoncé les conclusions de cette enquête, ce mardi matin. Interrogée sur Europe 1, elle a maintenu sa version des faits et mis en cause le personnel de l'hôpital. « Ils essayent de noyer le poisson comme ils peuvent. […] J'ai trouvé qu'il y avait plein d'erreurs dans ce rapport », explique Deborah au micro de la radio. « Ils disent qu'il y avait de la place alors que nous avons le dossier sous les yeux et il y a marqué deux fois de suite 'pas de place ce jour' puis 'pas de place. Reporté. Retour à domicile' », assure-t-elle.

Y-a-t-il eu erreur médicale ? La jeune femme attend les résultats des enquêtes en cours, mais elle évoque une erreur humaine, pointant du doigt une sage-femme de l'hôpital ainsi que le médecin de garde.


"Mon bébé bougeait de moins en moins" par Europe1fr

Pas de risque foetal identifiable selon l'AP-HP

« Les résultats de cette enquête confirment les premiers éléments d’analyse : les personnels soignants, médicaux et paramédicaux, étaient au complet et la disponibilité des lits et des salles permettait de recevoir les urgences », indique pour sa part l'AP-HP qui avait déjà mené une enquête préliminaire après le drame.

L'enquête qui a été menée par une mission médicale de plusieurs spécialistes, dirigée par le professeur Bruno Carbonne, président de la collégiale des gynécologues-obstétriciens de l'AP-HP, exclut aussi toute erreur médicale. « La prise en charge médicale a été conforme aux bonnes pratiques obstétricales telles que définies par les recommandations de la HAS (Haute autorité de santé): le déclenchement de l'accouchement, tel qu'il avait été planifié, n'a, à aucun moment, présenté un caractère urgent, en l’absence de risque fœtal identifiable », selon l'AP-HP.

Les résultats de l'enquête ont été rendus publics après que la famille eut été informée. Le père du bébé avait mis en cause la maternité et un service « débordé ». Les syndicats avaient critiqué le manque d'effectifs et les conditions de travail dans les maternités de l'AP-HP. Conformément à la demande de la ministre de la Santé Marisol Touraine le rapport d'enquête a été remis aux parents par le professeur Carbonne qui s'est entretenu avec eux.

Une mauvaise communication

A l'issue de cette entrevue « nous n'avons pas eu le sentiment qu'ils étaient complètement opposés aux conclusions de notre rapport », a déclaré à l'AFP le professeur Carbonne, tout en reconnaissant une mauvaise communication entre le personnel et ce couple.
« Dans l'ensemble de cette affaire, manifestement il y a eu une incompréhension [...] et peut-être une perte de confiance dans l'équipe » qui suivait la patiente, a-t-il poursuivi. « La maternité de Port- Royal [...] a une compétence reconnue pour les grossesses à hauts risques, mais il y a probablement des efforts à faire dans la prise en charge des grossesses dites à bas risques », a-t-il convenu.
Selon lui, la grossesse de cette patiente, même s'il y a eu mort foetale, appartenait à cette catégorie.

« Il y a entre 2 et 4 morts foetales pour 1.000 naissances dans le dernier trimestre de la grossesse [...] en Europe, et on sait que pour environ 30% de ces cas, il n'y a aucune cause retrouvée même après autopsie ou examen du placenta », a-t-il expliqué.
Dans cette affaire une enquête judiciaire est toujours en cours. Une autopsie du bébé a été pratiquée mais les médecins de Port- Royal n'en connaissent pas le résultat. L'AP-HP a refusé d'indiquer si l'équipe médicale ayant pris en charge la patiente avait déjà été interrogée par les enquêteurs. 

> S. L. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
23.03.2013 à 07h58

« L'organisation hospitalière des maternités fait parfois peur car les médecins sont moins joignable qu'en privé et aussi parce que les femmes enceintes sont dans bien des cas (même ceux où il y a une Lire la suite

Répondre
 
20.03.2013 à 07h43

« Circulez !...Il y a rien à voir !... Tout va bien dans le meilleur des monde à l'AP-HP et dans toutes ces immenses et énormes structures sanitaires, qui sont parfaitement gérées et qui sont efficien Lire la suite

Répondre
 
julien d Etudiant en santé 19.03.2013 à 19h46

« Que n'eut-elle accouché dans une maternité privée. Celle-ci serait déjà fermée et les médecins emprisonnés sur lettre de cachet de notre MST. »

Répondre
 
19.03.2013 à 17h29

« Si l'on se réfère aux dires de la maman (diminution des mouvements de son bébé), les critères de bonnes pratiques obstétricales de l'AP-HP sont particuliers. » Dr JPB, pédiatre depuis 40 ans.

Répondre
 
19.03.2013 à 16h50

« C'est vrai, je me suis moi-même faite engueuler parce que j'étais primipare et que (je suis médecin) j'osais venir à la maternité dès les premières contractions (ben non, j'avais pas si mal, mais el Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Le nombre d’IVG continue de baisser, légèrement, en France

ivg

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) s’élevait à 211 900 en France en 2016, en légère baisse pour la troisième année de... 2

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... 9

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter