Le « non » aux salles de consommation de drogues d'un collectif de familles et de médecins

Le « non » aux salles de consommation de drogues d'un collectif de familles et de médecins

12.03.2013
  • 1363108394417099_IMG_100858_HR.jpg

    Le « non » aux salles de consommation de drogues d'un collectif de familles et de médecins

Le collectif pour la prévention des toxicomanies entérine officiellement sa création en commettant son premier fait d’armes : une lettre à Jean-Marc Ayrault pour exprimer « son opposition totale au projet déjà largement médiatisé de salles d’injections de drogues aux toxicomanes avec supervision médicalisée ».Composé de médecins, comme le Pr Jean Costentin, président du centre national de prévention, d’études et de recherches sur les toxicomanies (CNPERT), et le Pr Henri Joyeux, président de la fédération Familles de France, d’associations de prévention et de familles*, le collectif lance aussi un manifeste et demande à être reçu par le Premier ministre et Marisol Touraine.

Contre l’expérimentation scientifique

Le Pr Costentin met en avant les dispositifs déjà existants : « centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction de risques pour usagers de drogues (CAARUD), centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA), bus et centres méthadone et subutex. La France a déjà mis en place des programmes coûteux pour donner leur drogue aux toxicos », a-t-il déclaré.

Interrogé sur l’aspect expérimental du projet, qui implique une évaluation scientifique, le Pr Costentin tranche : « Je suis médecin et aussi chercheur, je ne me suis jamais appliqué à refaire toutes les expérimentations qui existent à l’étranger. Les résultats sont là, il faut les regarder à la grosse loupe. Mais refaire l’expérience, c’est l’autoriser. Le char de l’État ne fait pas de marche arrière. »

Quant aux études plutôt favorables comme celle du Lancet d’avril 2011, « c’est un grand classique : chacun fait son marché dans les études ».

Rendre plus difficile l’accès à la drogue

Plusieurs membres du collectif dénoncent dans les salles de consommation à moindre risque (où les usagers devront apporter leur produit) « un accès plus facile à la drogue », notamment pour les plus jeunes.

En tant que cancérologue, le Pr Henri Joyeux insiste : « je vois de plus en plus de jeunes qui partent en 6 mois car la drogue a entraîné une immunodépression importante ». Il ajoute : « Le Conseil national de l’Ordre des médecins est hésitant, sensible aux discours compassionnels. Mais ce qu’il faut dire, c’est qu’on va utiliser nos impôts pour aider les jeunes à se droguer proprement », accuse-t-il. Plus d’informations dans notre édition papier du 14 mars.

* Comme la Fédération nationale de prévention des toxicomanies, Stop à la drogue, ou les centres nationaux d’information sur les drogues du Gers et de l’Eure et Loire, le Phare familles face à la drogue et le Phare enfants-parents.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
13.03.2013 à 01h49

« Si vous avez le remède miracle, dites le, ce qui aura pour grand avantage de mettre fin à vos polémiques. Chaque méthode peut avoir du bon. Prudence avant de conclure... »

Répondre
 
Candide Médecin ou Interne 13.03.2013 à 16h02

« Tout à fait d’accord quant à la prudence, si vous êtes certain que nous (citoyens, responsables politiques, médecins) ne sommes pas devenus laxistes ni irresponsables ni lâches.
J’ai le remède mirac Lire la suite

Répondre
 
Candide Médecin ou Interne 12.03.2013 à 21h53

« Et encore, ils sont gentils : n’ont pas parlé de capitulation, soumission, complicité de l’Etat ; pour le moins, de marronnier, de palinodies bureaucratiques récidivantes, de manœuvre « techno- » (s Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter