Prévention de la perte d’autonomie : l’ordonnance du Dr Aquino

Prévention de la perte d’autonomie : l’ordonnance du Dr Aquino

11.03.2013
  • 1363017624416687_IMG_100776_HR.jpg

Le Dr Jean-Pierre Aquino, président du comité Avancée en âge, a rendu son rapport sur l’anticipation du vieillissement au Premier ministre Jean-Marc Ayrault ce lundi matin, en même temps que Martine Pinville, députée de la Charente, et Luc Broussy, conseiller général du Val-d’Oise, qui ont traité de l’adaptation de la société.

« En tant que praticien hospitalier au quotidien, je suis confronté à des situations difficiles qui auraient pu être moins graves si des actions en matière de prévention en gérontologie avaient été menées », a-t-il déclaré.

Il préconise des mesures préventives « au moment opportun » avec « pertinence » : comprendre, pas de dépistage systématique des fragilités mais un ciblage des personnes qui pourraient basculer du côté de la dépendance. « Six octogénaires sur 10 vivent à domicile, avec une autonomie satisfaisante », souligne le Dr Aquino.

Pour une meilleure coordination des acteurs

Le gériatre plaide en faveur d’une meilleure coordination des acteurs de la prévention. Il mise sur le socle inter-régimes déjà en place, réunissant la Caisse nationale d’assurance-vieillesse (CNAV), le régime social des indépendants (RSI), la MSA, l’AGIRC et l’ARRCO (retraite complémentaire), et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES)... Son extension à d’autres régimes permettrait d’avoir un levier puissant pour proposer des bilans de prévention à des personnes ciblées (veuvage, isolement, hospitalisations à répétition...).

Médecins et professionnels du domicile au cœur du dépistage

Pour améliorer le repérage des personnes fragiles, les généralistes libéraux et les professionnels de l’aide à domicile sont en première ligne, estime le Dr Aquino. Les médecins du travail ne sont pas oubliés. Le Dr Aquino propose un renforcement de leur collaboration avec les libéraux autour des seniors en entreprise, qui se retrouvent à un moment crucial de leur vie.

Le Dr Aquino propose de lutter contre la maltraitance en lançant une enquête nationale pour identifier les situations à risque, notamment à domicile. Une campagne de communication nationale pourrait aussi sensibiliser le public et les professionnels à l’importance du dépistage de la fragilité.

L’hôpital aurait aussi sa partition à jouer, en étant davantage sensible à la question du vieillissement. « Dans les services de haute technicité, la notion d’autonomie n’est pas toujours perçue. Il pourrait y avoir dans les visites de certification une question sur les programmes en place pour favoriser l’autonomie », explique le Dr Aquino.

Le gériatre suggère en outre d’étendre l’expérimentation du gérontopôle de Toulouse (qui a développé une plateforme de repérage et de traitement de la fragilité) dans les hôpitaux de jour de 5 régions tests, avant de l’étendre à tous les hôpitaux gériatriques. Ces mêmes régions (dont le Centre et l’Aquitaine) devraient aussi orchestrer les expérimentations sur les parcours de santé des personnes âgées à risque de perte d’autonomie (PAERPA).

Les MDA, une évolution

Le Dr Aquino rappelle, dans ses « 35 fiches action », les mesures élémentaires de prévention, comme l’alimentation, l’exercice physique ou la culture du lien social. Il incite également à lancer une enquête épidémiologique pour évaluer la dépression des personnes âgées à domicile et en établissement.

Comme Luc Broussy, il se prononce enfin pour l’« évolution » des maisons départementales pour les personnes handicapées (MDPH) vers des maisons départementales de l’autonomie (MDA). « Ce n’est pas une révolution. Il existe déjà dans les conseils généraux des directions de l’autonomie qui mêlent handicap et vieillissement », fait-il valoir. Il insiste néanmoins sur la nécessité d’apporter des réponses personnalisées aux personnes handicapées et âgées, et s’interroge sur le statut juridique qu’auraient les MDA.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
13.03.2013 à 06h55

« Que l'État ne se mêle surtout plus de la dépendance ! Les familles ont l'habitude de se débrouiller et ont depuis longtemps appris que toute cette agitation, toutes ces déclarations sont de l'hypocr Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 5

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 2

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter