Pacte de confiance hospitalier : très peu rassurée, la FHP se veut malgré tout constructive

Pacte de confiance hospitalier : très peu rassurée, la FHP se veut malgré tout constructive

06.03.2013
  • 1362592699415540_IMG_100496_HR.jpg

    Pacte de confiance hospitalier : très peu rassurée, la FHP se veut malgré tout constructive

Les treize mesures que Marisol Touraine a extraites du rapport Couty pour restaurer la confiance à l’hôpital public ont fissuré un peu plus celle des cliniques à l’égard des pouvoirs publics.

Depuis l’abrogation de la convergence tarifaire, à l’automne dernier, la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) est en froid avec la ministre. Aujourd’hui, les cliniques ont le sentiment d’être volontairement mises au ban du système de santé. « On se sent bloqués, estime Jean-Loup Durousset, président de la Fédération. On dirait que la règle du jeu consiste à freiner l’essor du secteur privé hospitalier pour mieux pousser celui du public. Pourtant, nous aussi, on assume des missions de service public. Et on ne comprend pas que la ministre ne l’ait pas mentionné ».

Les cliniques estiment que la vision du parcours de soins défendu par la ministre demeure « floue, administrative et théorique ». « Il faudra préciser rapidement, dès 2014, les conditions juridiques du décloisonnement sanitaire et médico-social voulu par Marisol Touraine », met en garde Théo Amarantinis, délégué général de la FHP-SSR, qui reste vigilant contre une « éventuelle dérive hospitalo-centrée ».

Autre « inquiétude très forte », le « renforcement » du rôle des agences régionales de santé (ARS) auprès des hôpitaux publics. « Selon nous, la ministre n’a pas à gérer ainsi le quotidien des hôpitaux », développe Jean-Loup Durousset.

Trouver sa place

Bien que déçues par le manque de considération de Marisol Touraine à leur égard, les cliniques ont décidé de ne pas entrer en guerre et d’adopter une position constructive. Objectif : assurer leur place dans la réforme du système hospitalier qui s’annonce et, au-delà, dans la future stratégie nationale de santé. « Nous avons participé aux groupes de travail, et nous avons réussi à nous faire entendre sur la création du service public territorial de santé, auquel nous adhérons. Il faut désormais en définir les contours ainsi que la place de chacun », insiste le président de la FHP.

La FHP compte aussi « présenter des idées en temps et en heure » sur la réforme de la tarification à l’activité (T2A), annoncée par la ministre. Les financements doivent être acquis « à raison du service rendu, et non à raison du statut, dans un cadre d’attribution parfaitement transparent », défend la FHP.

 ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 6

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter