Bulletin de santé du président : examen clinique et paraclinique, « normal »

Bulletin de santé du président : examen clinique et paraclinique, « normal »

06.03.2013
  • 1362591182415530_IMG_100494_HR.jpg

L’état de santé du président François Hollande est « normal », a indiqué mercredi l’Élysée. « À la demande de M. le président de la République, un examen médical et biologique lui a été pratiqué au service médical de la présidence de la République », a souligné la présidence dans un communiqué. « L’examen clinique et para-clinique s’est révélé normal », conclut le texte.

Il s’agit du deuxième bulletin de santé rendu public par M. Hollande depuis son accession à l’Élysée en mai. Le premier l’avait été le 5 juin. L’Élysée avait alors précisé qu’il prenait « l’engagement » d’en publier un « tous les six mois ».

Davantage de transparence

Interrogé par « le Quotidien »lors de la campagne électorale, François Hollande avait déjà évoqué le sujet : « Il est important que les Français aient confiance en la capacité de leur président à gouverner. Je suis donc favorable à donner publiquement et régulièrement les informations liées à l’état de santé du chef de l’État ». S’il était élu, avait-il assuré, « il me semblera naturel de donner des informations utiles sur mon état de santé ». Évoquant les exemples de Georges Pompidou et de François Mitterrand, il avait expliqué que les Français attendaient aujourd’hui « davantage de transparence ».

Ses prédécesseurs

Son prédécesseur à l’Élysée, Nicolas Sarkozy, avait lui aussi publié, cinq jours après son entrée en fonction, le 16 mai 2007, un bref bulletin de santé assurant qu’il était « apte » à exercer ses fonctions. Un deuxième bulletin avait été publié plus de deux après, le 3 juillet 2009, informant qu’il avait subi des examens cardio-vasculaires et sanguins qui s’étaient « révélés normaux ». Quelques jours plus tard, le 26 juillet, il avait fait un malaise, lors d’un jogging à Versailles, et avait dû être hospitalisé brièvement au Val-de-Grâce. L’Élysée avait ensuite publié plusieurs bulletins, dont un le 2 août 2010, le dernier du quinquennat, attestant que tous les examens subis la semaine précédente étaient « normaux ». Jacques Chirac, lui, n’avait pas jugé opportun d’informer sur sa santé au nom du principe de respect de la vie privé jusqu’à son hospitalisation au Val-de-Grâce à la suite d’un accident vasculaire cérébral.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
JEAN MARC W Médecin ou Interne 07.03.2013 à 15h50

« 5 juin + 6 mois = 05 décembre 2012, moi je le recale en calcul, à moins que ce ne soit les premiers signes d'un syndrome cher à notre cher maitre Aloïs. »

Répondre
 
07.03.2013 à 08h35

« Après l'affaire Gubler, peut-on faire confiance au service médical de la présidence ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pour désengorger les urgences, l'AMUF veut salarier des médecins en centres de santé

amuf

L'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) a présenté ce mardi ses propositions pour lutter contre l'engorgement des urgences... 4

Baclofène : des effets indésirables nombreux mais difficilement imputables au traitement, selon une étude lilloise

BACLOFENE

Les premiers résultats de l'étude Baclophone, menée dans les Hauts-de-France et en Normandie par les médecins du service d'addictologie du... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter