Hôpital : un collectif de médecins dénonce les conditions de travail

Hôpital : un collectif de médecins dénonce les conditions de travail

05.03.2013
  • 1362480369415053_IMG_100387_HR.jpg

    Hôpital : un collectif de médecins dénonce les conditions de travail

Le collectif tient à garder son anonymat. Derrière le nom « Docteurs Blouses », se cache un attelage d’une trentaine de médecins hospitaliers. Au départ, un noyau dur d’une dizaine d’entre eux, des Parisiens, communique régulièrement sur Internet.

Un deuxième cercle se forme, avec des correspondants en région. De débats en échanges, les praticiens s’aperçoivent qu’ils sont confrontés aux mêmes difficultés dans leur exercice quotidien de la médecine. Et l’idée naît d’un texte collectif pour raconter les travers de la vie à l’hôpital. Un sociologue, Nicolas Belorgey, a classé les arguments et mis en forme le récit.

Désarroi

Le site Rue 89 publie le texte (un dossier plus complet paraîtra en mai dans la revue du Mauss). En voici de larges extraits.

« Médecins hospitaliers depuis de nombreuses années, nous sommes rassemblés aujourd’hui pour dire notre désarroi et notre colère face à certaines pratiques inacceptables dans nos hôpitaux ».

« Nombre de difficultés sont liées à la restriction de moyens : "maltraitance institutionnelle organisée", écrivent nos collègues de Grenoble. »

Désintégration des équipes

« L’hôpital demande aux praticiens d’augmenter leur activité, d’ouvrir des lits à personnel constant, afin d’obtenir les moyens pour rénover des services. En service de rééducation, chaque patient n’a droit qu’à moins de quinze minutes de kinésithérapie par jour quand il en faudrait six fois plus. »

« La désintégration des équipes, la perte des relations humaines aggravent la désorganisation. Le brancardier n’est plus membre du service et là où les relations humaines directes permettaient de corriger ces erreurs, dorénavant le brancardier anonyme s’en tient à sa fiche de poste et le malade écopera du rendez-vous raté ou du dossier égaré. »

« Du ménage aux soins infirmiers en passant par le brancardage, la mutualisation entraîne des conséquences délétères pour les patients. »

Situation ingérable

« Les exemples abondent : perte de compétences en matière de prévention d’escarres, de pose et de surveillance des sondes urinaires, diminution de la qualité des soins d’hygiène élémentaires (toilette), multiplication des transports en ambulance réalisés de façon coûteuse et désorganisée, manque de temps pour la formation des nouvelles infirmières... »

« L’écart croissant entre la responsabilité du bon déroulement des soins et la disparition des moyens qui permettent de les mener à bien rend la situation ingérable pour les médecins. La logique de rationalisation managériale sous trop forte contrainte budgétaire, qui nous a écartés des décisions relatives à l’organisation des soins, nous empêche de soigner comme il le faudrait ».

« Le sentiment d’appartenance renforce la motivation au travail de l’ensemble des professionnels. Nous demandons que l’évaluation des services ne soit plus réduite à une enfilade de tableaux de bord, de chiffres d’activité et de recettes. »

D. CH.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 16 Commentaires
 
07.03.2013 à 13h21

« Il faut se syndiquer afin de peser davantage. L'organisation en Pôles avec chef de pôle soumis aux pressions de la Direction et jouant parfois les petits chefs, est délétère. La motivation fiche l Lire la suite

Répondre
 
16.03.2013 à 18h31

« Comment participer au mouvement?
Moi aussi j'ai un dossier lourd ... Et rocambolesque à tous les niveaux là où j'exerce .
Merci »

Répondre
 
06.03.2013 à 16h00

« Pourquoi la "surveillante" autrefois bras droit du "patron" est-elle devenue un "cadre hospitalier" ne mettant jamais le pied dans les chambres de malades, et se cachant derrière un bureau où elle n Lire la suite

Répondre
 
07.03.2013 à 08h50

« Prise du pouvoir par les administratifs inutiles sur les opérationnels. »

Répondre
 
06.03.2013 à 09h16

« Il faut en finir avec les pratiques électorales clientélistes. Nos élus doivent mettre plus d'argent dans les missions fondamentales dont la médecine hospitalière, et arrêter de dilapider l'argent Lire la suite

Répondre
 
06.03.2013 à 09h03

« Pourquoi avoir donné le pouvoir aux gestionnaires et aux administratifs??? Pour avoir une qualité de soins, il faut laisser les médecins travailler sans considération budgétaire et leur laisser une Lire la suite

Répondre
 
06.03.2013 à 08h36

« Comment rejoindre ce collectif? »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cannabis : le gouvernement veut mettre en place une contravention pour sanctionner l'usage et la détention

cannabis

Interrogé mercredi sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une simple contravention pourrait, dans les prochains mois,... 3

G7 : la Sicile est en état d’alerte après l’attentat de Manchester

Taormina G7

Une cité blindée et 400 opérateurs de santé spécialisés déployés sur le terrain. À l’occasion du G7 qui se tient les 26 et 27 mai à... Commenter

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter