L’HTA « masquée » : mystérieuse, sournoise et dangereuse

L’HTA « masquée » : mystérieuse, sournoise et dangereuse

04.03.2013
  • 1362416359414933_IMG_100344_HR.jpg

On connaît l’hypertension par « effet blouse blanche ». On connaît moins bien l’hypertension masquée, qui est exactement l’inverse : un sujet n’est hypertendu que chez lui et pas en présence du médecin. Les résultats de l’étude du Pr Christophe Tzourio soulignent « l’importance de l’automesure de la pression artérielle chez les personnes âgées pour anticiper tout risque d’accident vasculaire ».

Depuis que les appareils électroniques d’automesure ont rendu possible la prise de la tension à domicile, un nouveau type d’HTA a été découvert. Par définition, l’hypertension masquée est indétectable par le praticien et son origine est inconnue. Elle pourrait être, selon les auteurs, plus dangereuse que l’HTA classique, eu égard au risque d’accident vasculaire (AVC et infarctus).

L’équipe de Christophe Tzourio (Inserm U708 « Neuroépidémiologie », Bordeaux) a recherché une HTA masquée dans une population de 1 481 personnes âgées de 73 à 97 ans (moyenne d’âge : 78,7 ans). Les personnes devaient avoir une prise de tension au centre de santé et ensuite elles devaient prendre leur TA à la maison, à raison de 18 prises pendant trois jours. Les mesures ont été répétées un an plus tard pour rechercher le risque d’évolution vers une HTA permanente. Les résultats révèlent une fréquence élevée, insoupçonnée, de l’HTA masquée : 40% des participants qui présentent une TA normale au centre d’examens révèlent une HTA à domicile.

Ensuite, les résutlats montrent que l’HTA masquée préfigure dans beaucoup de cas l’apparition à court terme d’une HTA permanente. Ainsi, le risque d’HTA à un an est multiplié par 7 pour l’ensemble du groupe. Mais si on le calcule chez les personnes non traitées, ce risque est multiplié par 17.

Il ne faut pas oublier que la fréquence de l’HTA augmente avec l’âge et que cette pathologie constitue l’un des principaux facteur de risque d’accident vasculaire.

Journal of Hypertension, doi: 10.1097/HJH.0b013e32835ee0ca.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
05.03.2013 à 10h38

« Quelle est la physiopathologie de l'effet blouse blanche ? »

Répondre
 
04.03.2013 à 21h46

« Expérience identique chez moi, médecin de prévention au rectorat de Lyon... »

Répondre
 
04.03.2013 à 19h48

« Médecin de santé et de prévention dans un département d'Ile-de-France, je suis pour le moins "effaré" de constater des HTA réelles, et NON traitées, les médecins "dits" traitants expliquant à leurs Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 5

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter