Deux pistes génétiques dans l’hyperaldostéronisme primaire

Deux pistes génétiques dans l’hyperaldostéronisme primaire

27.02.2013
  • 1361963926413680_IMG_100020_HR.jpg

Deux gènes mutés intervenant chez respectivement 5 % et 2 % des patients présentant un adénome de Conn viennent d’être identifiés par l’équipe Inserm 970 de Paris Descartes (Centre de recherche cardiovasculaire, Paris).

Le syndrome de Conn ou hyperaldostéronisme primaire est responsable de 4 à 10 % des hypertensions artérielles et 20 % des hypertensions résistantes au traitement.

Pour identifier de nouveaux gènes impliqués dans la survenue de cette maladie, des chercheurs ont étudié l’ADN des cellules de tumeurs des glandes surrénales responsables d’ hyperaldostéronisme. Ils ont bénéficié pour cela des données de la cohorte française COMETE soit 500 patients recensés, et de celles du réseau européen d’études des tumeurs de la glandes surrénale ENS@T.

Un meilleur dépistage des cas

« Un premier gène d’intérêt expliquant 40 % des cas a déjà été identifié par le passé, ce qui permet désormais de connaître l’origine de la maladie dans près de 50 % des cas » se réjouit Maria-Christina Zennaro, coauteur du travail publié dans Nature Genetics.

Ces travaux ouvrent la voie à de nombreuses recherches visant à améliorer le dépistage et la caractérisation des cas d’hyperaldostéronisme. « Nous savons déjà que les patients qui présentent ces mutations sont plus fréquemment des hommes, qui développent des formes plus sévères avec des taux d’aldostérone plus élevés et un taux de potassium plasmatique plus faible. Nous devons maintenant évaluer si ces caractéristiques ont une influence sur la réponse aux traitements, étudier la piste de nouveaux biomarqueurs pour dépister l’hyperaldostéronisme chez les patients hypertendus et développer, si possible, de nouveaux médicaments pour traiter cette hypertension artérielle sévère » conclut la chercheuse.

D’après Inserm.fr et Beuschlein et coll. Somatic mutations in ATP1A1 and ATP2B3 lead to aldosterone-producing adenomas and secondary hypertension.

Dr A.T.-M.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
27.02.2013 à 20h27

« Non pas des mutations mais des micro ou nano-casses génétiques. Casses à l'origine de l'évolution ou de l'extinction darwiniste. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

59 753 étudiants inscrits en PACES, nouveau record !

paces

Les études de santé restent plus que jamais plébiscitées par les jeunes. Selon les statistiques de l'administration universitaire... 16

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter