Une généraliste mésothérapeute comparaît en justice

Une généraliste mésothérapeute comparaît en justice

26.02.2013
  • 1361895204413489_IMG_99973_HR.jpg

    Une généraliste mésothérapeute comparaît en justice

Six patients infectés entre 2006 et 2007 par une mycobactérie lors de séances de mésothérapie aux visées amincissantes ont porté plainte contre le médecin qui avait effectué ces interventions. Ces patients, cinq femmes et un homme, demandent chacun entre 100 000 et 150 000 euros de dommages et intérêts à la généraliste parisienne et son assureur, selon leur avocat, Me Emmanuel Ludot, affirmant que leur vie est « gâchée ».

« On est dans la caricature de la médecine esthétique », a-t-il dit avant l’audience devant la 1ère chambre civile du tribunal de grande instance de Paris, en fustigeant notamment une violation des règles d’hygiène et un manquement au devoir d’information.

L’avocate de la généraliste, Me Angélique Wenger, a expliqué aux juges que la bactérie vient du circuit où l’eau avait stagné. Elle a souligné qu’à l’époque des faits, en 2006-2007, le « risque infectieux » n’était « pas connu » des généralistes. Affirmant que sa cliente nettoyait le matériel avec un savon antiseptique, l’avocate a expliqué qu’il n’y avait ni réglementation ni notice et que « ce pistolet n’aurait jamais dû être mis sur le marché », car il n’avait pas été homologué.

Le procès de « la mésothérapie sale » ?

La généraliste s’est donc retournée vers le distributeur du matériel. L’avocat de ce dernier, Me Philippe L’Hoiry, a souligné que le médecin « doit respecter les règles d’hygiène et d’asepsie », se référant au Code de déontologie. « C’est ce qu’on apprend en première année de médecine », a-t-il plaidé, estimant que la responsabilité de la généraliste est « pleine et entière ».

« Ce n’est pas le procès de la mésothérapie », mais de « la mésothérapie sale », a déclaré Me Ludot à l’issue de l’audience. Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 15 avril.

En 2007, la survenue d’un quinzaine de cas d’infections cutanées à mycobactéries atypiques chez des patients traités entre août 2006 et janvier 2007 avait suscité un certain émoi et conduit notamment à un rappel des règles d’hygiène en la matière. Aujourd’hui, six des 16 victimes ont décidé de porter plainte.

S. H.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
27.02.2013 à 09h12

« Késako l' UFML ??? Cela devient pénible ce langage en sigles et acronymes ..... savez vous ce qu 'est une :" APLV" ? sigle que j ' ai croisé dans une lettre Hospitaliere ? réponse ; Allergie aux Lire la suite

Répondre
 
27.02.2013 à 08h58

« La réaction spontanée est arrivée ci-dessous à 20h35 : "on incrimine une méthode" (alors que l'article dit exactement le contraire).
La réaction typique de l'UFML : la victimisation. »

Répondre
 
26.02.2013 à 23h35

« Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise médecine, il n'y a que de bon ou de mauvais médecin. Comme d'ailleurs en politique ou tout autre corps de métier.
C'est assez bizarre : hier, j'ai regardé un do Lire la suite

Répondre
 
26.02.2013 à 19h25

« On attend la réaction de l'UFML... »

Répondre
 
26.02.2013 à 19h56

« Ah bon ? Et quelle devrait être la réaction de l'UFML dont je suis membre, à votre avis ? à part celle du bon sens : si il y a faute, le médecin doit être sanctionné, si il n'y a pas faute ou néglig Lire la suite

Répondre
 
26.02.2013 à 21h02

« Quel rapport ? »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter