Bonnemaison : l’Ordre des Pyrénées-Atlantique fait appel de la radiation

Bonnemaison : l’Ordre des Pyrénées-Atlantique fait appel de la radiation

22.02.2013
  • 1361553791412724_IMG_99813_HR.jpg

Le conseil de l’Ordre des médecins des Pyrénées-Atlantiques va faire appel de la radiation, décidée par l’Ordre des médecins d’Aquitaine, de l’urgentiste Nicolas Bonnemaison, mis en examen pour sept cas d’euthanasie sur des patients âgés.

L’appel a été voté par le conseil départemental mercredi, trois jours avant l’expiration du délai, la radiation ayant été prononcée le 24 janvier par la chambre disciplinaire de première instance de l’Ordre des médecins d’Aquitaine. Il a été adressé au conseil national de l’Ordre, à Paris, qui examinera le dossier en appel. Le Dr Bonnemaison avait déjà fait appel de la décision des instances ordinales régionales qui avaient prononcé sa « radiation du tableau ».

Nombreux soutiens

L’urgentiste a reçu de nombreux soutien, notamment celui de ses confrères qui ont écrit une lettre ouverte à l’ordre des médecins et au président François Hollande dans laquelle ils réclament la suspension « immédiate » de sa radiation visant un urgentiste de Bayonne, le Dr Nicolas Bonnemaison, poursuivi pour 7 cas d’euthanasie sur des patients âgés en fin de vie.

« Nous sommes profondément choqués par cette sentence et avons souhaité manifester notre indignation », avait indiqué le Dr François Bannier, médecin anesthésiste hospitalier à Bayonne, un des premiers signataires de la lettre ouverte avec le Dr Marie-Pierre Kuhn. Selon lui, la décision de la chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins d’Aquitaine de radier du tableau le Dr Bonnemaison, la plus sévère des cinq sanctions possibles, a « paru rapide et brutale alors même que l’affaire est encore en cours d’instruction et couverte par le secret de l’instruction ».

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
22.02.2013 à 21h07

« Toutes celles et ceux qui ont eu affaire aux Ordres Départ. apprécieront cette étrange sollicitude alors que le Dr Bonnemaison lui-même avait fait appel. Tentative de press Lire la suite

Répondre
 
22.02.2013 à 20h36

« Quand on utilise du curare pour "euthanasier" une personne en fin de vie, c'est condamner la victime à une mort particulièrement atroce ! Aucune circonstance atténuante. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 9

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter