Six mois avec sursis pour non-assistance : un médecin régulateur voit sa peine confirmée en appel

Six mois avec sursis pour non-assistance : un médecin régulateur voit sa peine confirmée en appel

20.02.2013

Condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Bordeaux en janvier 2012 à six mois de prison avec sursis, le Dr Bernard Plédran, généraliste libéral et régulateur au SAMU, vient de voir sa peine confirmée le 24 janvier par la cour d’appel de Bordeaux.

Le 5 décembre 2007, le Dr Plédran, par ailleurs trésorier adjoint du syndicat MG France, reçoit l’appel d’une patiente âgée de 60 ans et souffrant d’obésité. Elle a appelé à plusieurs reprises le SAMU de Bordeaux pour de violentes douleurs au dos, sans succès. Induit en erreur par un précédent diagnostic du médecin traitant de la patiente (un déplacement cervical), le Dr Plédran lui conseille d’augmenter ses doses d’antidouleur. Au bout du 3e appel de la patiente, une ambulance est envoyée, mais trop tard.

Quarante-cinq minutes après son admission à l’hôpital, la patiente décède d’une rupture de l’aorte. La famille de la victime, jugeant que le praticien a tenu des propos déplacés à leur parente décédée, et qu’il ne lui a pas posé les questions pertinentes, porte plainte contre lui.

Plusieurs intervenants

Contacté par « Le Quotidien », le Dr Plédran donne sa version de l’affaire. « Aucun élément recueilli lors du premier appel de la patiente n’était inquiétant », plaide-t-il, ajoutant que « des mots ignobles » à l’égard de celle-ci lui avaient été attribués, alors qu’il assure ne pas les avoir prononcés.

« D’autres intervenants que moi ont eu cette dame au téléphone, précise-t-il, tant en amont qu’en aval de mes interventions, mais il n’y a que moi qui paye ». Le praticien affirme que, contrairement à ce qui a été dit, il a lui-même envoyé une ambulance au domicile de la dame, et que « les signes de gravité sont apparus dans une période intermédiaire » au cours de laquelle il ne l’a pas eu lui-même au téléphone.

Bernard Plédran fait également valoir qu’il a été jugé par la chambre disciplinaire régionale de l’Ordre des médecins, avant même le premier jugement du tribunal correctionnel de Bordeaux. « L’Ordre n’a rien retenu contre moi et a qualifié la procédure de nulle et non avenue ». S’il « regrette beaucoup » l’enchaînement de circonstances qui a conduit à la mort de la patiente, le praticien déclare avoir sa conscience pour lui.

 H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
01.03.2013 à 12h22

« Les appels en urgence pour des pseudo-lombalgies ne sont pas exceptionnels... En l'absence de contracture musculaire, ce qui élimine par principe une pathologie rachidienne, il faut toujours auscult Lire la suite

Répondre
 
24.02.2013 à 00h04

« Le juge Burgaud lui n'a pas pu être condamné, car il ne pouvait pas être jugé. (A part par le CSM qui l' a absout). On n'est pas tous égaux devant la loi. »

Répondre
 
22.02.2013 à 00h08

« Une règle : ne pas réguler. Ce pays n'aime pas ses médecins et les juges ne ratent jamais les médecins. Nous sommes tous des Depardieu. »

Répondre
 
21.02.2013 à 07h56

« Mon avis sur la régulation : une pathologie est suspectée, ou plusieurs appels ont déjà eu lieu, mais le doute -et il est grand en régul - persiste, envoyons le médecin d'astreinte, il est là pour ç Lire la suite

Répondre
 
21.02.2013 à 05h40

« Voilà qui serait confortable un parapluie administratif pour tous ! Quant aux médecins du conseil de l'Ordre, ils ne peuvent que juger à minima, les médecins se doivent soutien dans l'adversité et s Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... Commenter

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter