Des médecins demandent la suspension de la sanction ordinale contre le Dr Bonnemaison

Des médecins demandent la suspension de la sanction ordinale contre le Dr Bonnemaison

08.02.2013
  • 1360344213409018_IMG_98743_HR.jpg

    Des médecins demandent la suspension de la sanction ordinale contre le Dr Bonnemaison

Près de 250 médecins ont écrit une lettre ouverte à l’ordre des médecins et au président François Hollande dans laquelle ils réclament la suspension « immédiate » de la radiation visant un urgentiste de Bayonne, le Dr Nicolas Bonnemaison, poursuivi pour 7 cas d’euthanasie sur des patients âgés en fin de vie. « Nous sommes profondément choqués par cette sentence et avons souhaité manifester notre indignation », a indiqué le Dr François Bannier, médecin anesthésiste hospitalier à Bayonne, un des premiers signataires de la lettre ouverte avec le Dr Marie-Pierre Kuhn. Selon lui, la décision de la chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins d’Aquitaine de radier du tableau le Dr Bonnemaison, la plus sévère des cinq sanctions possibles, a « paru rapide et brutale alors même que l’affaire est encore en cours d’instruction et couverte par le secret de l’instruction ».

« L’urgence est de le soutenir »

Le Dr Kuhn, de son côté, explique : « C’est un praticien qu’on connaît, il a travaillé vingt-deux ans à l’hôpital, toute cette affaire est traitée de la manière la plus hâtive, l’urgence est de le soutenir. » Et de préciser : « Nous ne sommes pas des militants de l’euthanasie. »

La lettre a été cosignée par quinze professeurs, deux anciens directeurs d’hôpitaux, un sociologue et plus de 200 médecins de métropole et des DOM-TOM.

Le Dr Bannier dit espérer « que ce jugement soit revu pour une peine plus clémente, voire la suppression de la radiation » à l’occasion de l’appel formulé par les avocats du Dr Bonnemaison qui sera étudié par la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins, à Paris.

Cette lettre ouverte s’adresse non seulement au président du Conseil de l’Ordre des médecins, Michel Legmann, mais également à François Hollande, au ministre de la Santé et à celui des Personnes âgées, Marisol Touraine et Michèle Delaunay. Les cosignataires pointent que « le seul document officiel public depuis le 17 novembre 2011 est le rapport de l’IGAS (Inspection générale des Affaires sociales) » et soulignent que dans le délibéré de la décision rendue « à aucun moment il n’y est fait référence ».

« Nous avons trouvé que la justice ordinale avait peu d’éléments pour ordonner un jugement aussi péremptoire », justifie le Dr Bannier, alors que le Dr Bonnemaison et son avocat avaient demandé « un sursis à statuer » en attendant que la justice pénale tranche.

Pour la chambre disciplinaire qui n’a pas souhaité réagir « les manquements déontologiques relevés » étaient « de nature à justifier une peine » et compte tenu de leur « gravité » et de leur « caractère répété », ces manquements justifient la radiation. Le Conseil national de l’Ordre des médecins n’a, dit-il, pas à ce jour reçu la lettre de protestation.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 12 Commentaires
 
11.02.2013 à 10h48

« Difficile de donner un avis mais ... notre confrère condamné connait-il la loi LEONETTI ? »

Répondre
 
11.02.2013 à 09h38

« Pourquoi les médecins qui partagent avec leurs patients le risque de mourir asphyxié en pleine conscience si la benzo ne marche pas assez vite et bien après une injection de curare qui fait mourir p Lire la suite

Répondre
 
11.02.2013 à 09h33

« Nous avons trouvé que la justice ordinale avait peu d’éléments pour ordonner un jugement aussi péremptoire »

Personnellement, un aveu de sept décisions solitaire de terminaison active de vie de pa Lire la suite

Répondre
 
10.02.2013 à 18h51

« Sachant que le confrère a été suspendu d'exercice par le ministre Bertrand, je peine à voir l'urgence à la soutenir car si la décision de radiation était maintenue par le conseil national, il faudra Lire la suite

Répondre
 
10.02.2013 à 17h57

« 7 d'un coup comme le petit tailleur , sauf que les malades ne sont pas des mouches et qu'un médecin ne peut décider seul dans son coin d'exécuter ses malades. La compassion dangereuse devrait se soi Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Le nombre d’IVG continue de baisser, légèrement, en France

ivg

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) s’élevait à 211 900 en France en 2016, en légère baisse pour la troisième année de... 2

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... 13

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter