Consommer des boissons « light » augmenterait le risque de diabète, selon une étude inédite de l’INSERM

Consommer des boissons « light » augmenterait le risque de diabète, selon une étude inédite de l’INSERM

07.02.2013
  • 1360254668408466_IMG_98644_HR.jpg

    Consommer des boissons « light » augmenterait le risque de diabète, selon une étude inédite de l’INSERM

Les boissons sucrées « light » pourraient être particulièrement associées à une augmentation du risque de diabète de type 2, indiquent deux chercheurs de l’INSERM dans une étude publiée dans l’« American Journal of clinical Nutrition ». L’épidémiologiste Guy Fagherazzi et Françoise Clavel-Chapelon (directrice de recherche à l’Institut Gustave-Roussy) ont étudié les facteurs de risque de diabète auprès de 66 118 femmes françaises de la cohorte E3N suivies pendant 14 ans. Le point de départ de l’étude est un questionnaire alimentaire rempli par chacune d’entre elles en 1993. « Toutes celles qui ont déclaré un diabète dans les cinq années qui ont été suivies ont été exclues de l’étude ce qui nous a permis d’écarter toutes les femmes prédiabétiques », précise Guy Fagherazzi.

59 % pour 1,5 litre par semaine

Les résultats confortent tout d’abord ce qui était déjà connu, à savoir que les boissons sucrées sont associées à une forte augmentation du risque de diabète de type 2, d’obésité et de maladies cardio-vasculaires. Mais l’étude montre surtout que l’augmentation de risque de diabète de type 2 est plus élevée pour les boissons de type « light » que pour les boissons sucrées « non light » : à quantité consommée égale, le risque de développer un diabète est de 15 % supérieur pour une consommation de 0,5 litre/semaine et de 59 % pour 1,5 litre/semaine. Par ailleurs, « les boissons light sont consommées en plus grande quantité », explique l’épidémiologiste : les femmes consomment 2,8 verres par semaine de boissons allégées contre 1,6 verre pour les boissons sucrées. Seuls les jus de fruits 100 % pressés ne présentent pas d’association avec le risque de diabète.

Un résultat à confirmer

« Pour confirmer ce résultat, il est nécessaire de poursuivre des études biologiques », considère Guy Fagherazzi qui se refuse donc à faire des recommandations. « Ce n’est pas notre rôle », insiste-t-il en soulignant que les 66 188 femmes interrogées étaient adhérentes de la Mutuelle générale de l’éducation nationale (MGEN), nées entre 1925 et 1950. Seulement 20 % d’entre elles avaient consommé des boissons « light », une proportion probablement très inférieure à ce qui pourrait être observé sur une population plus jeune. Les édulcorants intenses font l’objet d’interrogations depuis plusieurs années. Selon l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES), ils ne présenteraient pas de risque avéré pour les femmes enceintes, mais l’agence doit poursuivre ses investigations dans l’ensemble de la population. L’autorité européenne de sécurité des aliments doit pour sa part rendre son avis final sur l’aspartame en mai prochain.

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
12.02.2013 à 18h49

« Une relation de corrélation statistique N'EST PAS une relation de cause à effet. Pour conclure il faudrait un "groupe contrôle". Si on avait pu retirer les boissons incriminées à la moitié de la pop Lire la suite

Répondre
 
09.02.2013 à 23h59

« La consommation de boissons édulcorées augmente l'appétence aux sucres ou conserve la dépendance au sucre, mais chez un patient conscient de sa consommation de sucres rapides, elles restent un bon m Lire la suite

Répondre
 
08.02.2013 à 14h51

« Grand consommateur de ce type de soda (en sevrage...), je peux vous garantir que ces soda vous donnent une appétence pour les produits sucrés et surtout entretiennent une addiction au sucre identiq Lire la suite

Répondre
 
08.02.2013 à 12h16

« Bizarre bizarre ! A-t-on éliminé tous les autres cofacteurs ?
Ceux qui consomment beaucoup de ces boissons ne sont-ils par déjà hyperphages ou en surpoids et n'essaient ils pas par la même, de dimin Lire la suite

Répondre
 
09.02.2013 à 12h25

« Mais bien sûr ! C'est la première idée qui nous vient à l'esprit. Co facteur, ou relation de cause à effet? Que dit l'Inserm? VA falloir lire le rapport.... »

Répondre
 
08.02.2013 à 11h16

« Et quid des compléments alimentaires Ca/Vit D3 , largement recommandés chez les femmes de plus de 50 ans et qui contiennent tous de l'aspartam ?? »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À La Baule, l'exécutif s'emploie à rassurer les managers d'hôpital « saturés » par les GHT

Cécile Courrèges

Six heures de train pour quinze minutes de discours. En faisant dans la même journée un aller-retour Paris/La Baule (Loire-Atlantique) pour... Commenter

Les ophtalmos veulent former au moins 200 internes par an pour réduire les délais de rendez-vous

ophtalmologistes

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) a annoncé ce vendredi vouloir poursuivre le travail engagé pour réduire les... Commenter

Solidays, Marche des fiertés... Paris se mobilise contre le SIDA

Solidays

Ce week-end se tiendra la 19e édition du festival Solidays à l'Hippodrome de Longchamp, à Paris. En plus des 80 concerts proposés, le... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter