Salles de consommation de drogues : l’Académie de médecine n’en veut toujours pas

Salles de consommation de drogues : l’Académie de médecine n’en veut toujours pas

06.02.2013
  • 1360169393408210_IMG_98546_HR.jpg

Après l’accord de principe de Matignon pour expérimenter cette année sur Paris une salle de consommation de drogues à moindre risque, l’Académie nationale de médecine « réitère son opposition au projet ».

Dans un communiqué, elle craint qu’un tel dispositif puisse se faire « au détriment des actions déjà entreprises et du soutien aux associations de bénévoles œuvrant contre la toxicomanie ». Dans une communication publiée en janvier dernier, le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) considère que l’expérimentation de salles de consommation de drogues supervisées constitue une levée de l’interdit : « On cautionne l’injection de produits illicites » et l’« on véhicule un message fort permissif pour les jeunes ».

Pour le CNOM, ce type de projet n’est pas sans poser de nombreuses questions : « Quelle responsabilité pour le personnel médical présent dans ces centres ? Quels soins en cas d’overdose ? Quelle conséquence pour la population environnante ? Quel coût ? »

Question de coût

Regrettant que son avis sur la question de janvier 2011 n’ait pas été entendu par les pouvoirs publics, l’Académie considère que « la mise en place expérimentale de salles d’injection contrôlée serait d’un coût élevé ».

Si le conseil de Paris a voté en décembre dernier une subvention annuelle de 38 000 euros, il faudra un financement bien plus conséquent pour faire fonctionner ce type de structure.D’après un parlementaire, « les pouvoirs publics pourraient dépenser entre 300 000 euros et 1 000 000 d’euros » pour l’installation de ce type de structure.

« La somme pourra paraître énorme, mais ramenée à une politique des addictions, elle n’est pas énorme », déclare au « Quotidien » le Dr Élisabeth Avril, responsable de ce projet pour l’association GAIA qui n’évoque pas encore publiquement de chiffres. « On a dépensé des millions d’euros dans des campagnes de prévention que l’on n’a jamais évaluées. Mais ça, ça ne pose pas de problème », glisse le Dr Avril.

 DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
06.02.2013 à 22h37

« D'accord avec l'Académie de Médecine.
La priorité, à mon sens, est de faire obstacle à la consommation de drogues, non à la favoriser et à la banaliser en l'intégrant dans les moeurs actuelles. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 22

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter