AMP à l’étranger : les gynécologues risquent 5 ans de prison, rappelle la DGS

AMP à l’étranger : les gynécologues risquent 5 ans de prison, rappelle la DGS

05.02.2013
  • 1360081794407883_IMG_98465_HR.jpg

Les médecins gynécologues et obstétriciens, libéraux ou en établissement, ont reçu fin janvier une circulaire de la Direction générale de la santé (DGS) leur rappelant les risques pénaux qu’ils encourent dès lors qu’ils orientent les femmes vers une clinique ou un organisme à l’étranger pour un don de gamètes. Ce courrier, signé du directeur général Jean-Yves Grall, a été envoyé fin décembre au Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM), qui l’a adressé aux conseils départementaux.

Dans le détail, les médecins ne sont pas punissables s’ils reçoivent une publicité ou une sollicitation de l’étranger. Mais ils peuvent être poursuivis dès qu’ils transmettent une information sur une clinique ou un organisme étranger d’aide médicale à la procréation (AMP) à leur patiente, même s’ils ne reçoivent pas de paiement ni d’avantage. « Les risques encourus sont indépendants de la rémunération du praticien français » par le centre étranger, insiste la circulaire.

5 ans de prison et 75 000 euros d’amende

« En l’espèce, le médecin est responsable de la mise en relation de ses patients avec la clinique ou l’organisme étranger dont les pratiques (en matière de don de gamètes) ne sont pas conformes à la législation nationale et permet donc, en toute connaissance de cause, un détournement de la loi française », peut-on encore lire dans le courrier du ministère de la Santé qui s’appuie sur l’expertise de la Direction des affaires criminelles et des grâces.

Même si la patiente renonce à entamer les démarches à l’étranger, le médecin est passible de sanctions, pour « tentative de commettre le délit d’entremise ». La punition : 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende, « sur le fondement » de l’article 511-9 du code pénal.

Le ministère justifie ce rappel par l’augmentation du nombre de couples français qui se rendent à l’étranger pour bénéficier d’un don d’ovocytes alors que la gratuité et l’anonymat du don, érigés en principe en France, n’y sont pas toujours respectés. Entre 1 800 et 3 600 femmes auraient eu recours à un don d’ovocytes à l’étranger en 2009. Les autorités tirent aussi la sonnette d’alarme sur « le démarchage de plus en plus offensif des praticiens français par des cliniques et des organismes étrangers ».

Des médecins stupéfaits

Émoi chez les gynécologues. S’ils sont unanimes pour qu’existe une condamnation des médecins qui accepteraient une rémunération, ils fustigent les sanctions contre les professionnels qui veulent avant tout aider leurs patientes. Dr Joëlle Belaisch-Allard, vice-présidente du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) souligne les problèmes du don d’ovocytes en France.

« Il existe avant tout un vrai problème de moyens concernant le don d’ovocytes en France. C’est toute l’organisation qui est à revoir ; il y a trop de demande, notamment de femmes qui ont la quarantaine, trop peu de donneuses, très mal indemnisées », poursuit la responsable du CNGOF. Le Dr Joëlle Belaisch-Allard estime que l’auto-conservation des ovocytes, pour les femmes de 35 ans, résoudrait la question au bout de 5 ans, en jouant sur l’offre et sur la demande.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 18 Commentaires
 
11.02.2013 à 19h48

« Répression et régression, voilà ce qui nous attend... »

Répondre
 
06.02.2013 à 13h51

« MST ET CT devraient arrêter de gémir sur les médecins et agir avec eux. Quand on pense aux discours de campagne sur la légalisation du canabis et la délivrance de la contraception gratuite dans les Lire la suite

Répondre
 
06.02.2013 à 10h39

« Une fois de plus, on se trouve dans l'incohérence totale et l'hypocrisie absolue quand, depuis, le Garde des Sceaux a publié une circulaire à l'intention du Parquet, dont l'objet est la naturalisati Lire la suite

Répondre
 
06.02.2013 à 18h23

« Bien dit, que faire, on est abreuvé d'interdits, sans réflexion aucune, sans dialogue d'aucune sorte ! »

Répondre
 
06.02.2013 à 09h26

« Cette circulaire est regrettable d'autant plus qu'effectivement il est très facile d'avoir des adresses de centres à l'étranger par internet ou par le bouche à oreille. Il aurait mieux valu entamer Lire la suite

Répondre
 
06.02.2013 à 06h09

« Cinq ans de prison, c'est comme en 1970, ce qui a été imposé à un chirurgien, l'avorteur des tropiques, n'ayant même pas eu la moindre complication ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 1

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... Commenter

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter