Pourquoi les infections urinaires sont-elles plus fréquentes à la ménopause ?

Pourquoi les infections urinaires sont-elles plus fréquentes à la ménopause ?

28.01.2013
  • 1359372280405245_IMG_97760_HR.jpg

Des chercheurs américains de Saint-Louis (Etats-Unis) viennent de décrire un mécanisme par lequel la chute hormonale favorise la survenue de cystites. La faute en revient à un nombre plus élevé de réservoirs d’Escherichia Coli uropathogènes par rapport à la période de fécondité, comme l’a montré l’équipe sur un modèle murin.

Si, dans l’expérimentation animale, la supplémentation en estrogène a permis de fortement diminuer le nombre de ces réservoirs, « [son intérêt] pour prévenir les infections urinaires récurrentes ou chroniques n’a pas montré son efficacité de façon convaincante(chez les femmes ménopausées) », comme le relève Indira Mysorekar, l’un des chercheurs. En soulignant « l’incidence croissante des germes multi-résistants et de la forte incidence des infections urinaires chez les femmes âgées », la chercheuse justifie l’importance de « comprendre précisément l’interaction des oestrogènes avec l’E.Coli uropathogène ».

Oestrogènes contre cytokines

Une piste évoquée pourrait être que les lésions vésicales entraînées par la bactérie uropathogène ne sont plus correctement réparées. « En l’absence d’estrogènes, le processus de réparation pourrait être gravement altéré », propose le chercheur. Des cytokines en surnombre pourraient participer aux lésions vésicales, puisque « les taux étaient très élevés dans le modèle murin ».

Une supplémentation estrogénique a permis de faire diminuer la réaction immunitaire et de faire régresser le nombre de réservoirs bactériens à leur niveau d’avant la ménopause, ce qui a eu pour effet d’atténuer l’infection urinaire et ses lésions. L’équipe poursuit ses recherches sur les mécanismes génétiques et moléculaires en jeu, en espérant que de nouvelles données puissent préciser des conditions d’efficacité du traitement hormonal.

Infection and Immunity, publié en ligne le 21 décembre 2012

Dr I.D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
28.01.2013 à 19h44

« Les oestrogènes font du bien aux mémées quand ils sont hormonoidentiques. On s'en doute depuis le paléolithique. Il n'y a que les caisses de retraite pour imaginer le contraire. »
DRMA 13 700

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 10

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter