En 2013, les cliniques aspirent à davantage de considération

En 2013, les cliniques aspirent à davantage de considération

16.01.2013
  • 1358351460402539_IMG_97052_HR.jpg

    En 2013, les cliniques aspirent à davantage de considération

La traditionnelle cérémonie des vœux de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) s’est déroulée ce mercredi à Paris sans Marisol Touraine, pourtant conviée. Une absence modérément appréciée par le secteur, un mois après les journées nationales de la FHP, que la ministre avait boudées.

Déjà, les cliniques estiment avoir reçu de mauvais signaux en 2012. « Depuis juin, on n’est pas gâté, résume Lamine Gharbi, président du syndicat des cliniques spécialisées en médecine, chirurgie, obstétrique. La seule promesse tenue par François Hollande, c’est l’arrêt de la convergence tarifaire. On n’a pas de chance, c’est tombé sur nous ».

Le fait que le crédit d’impôt accordé aux entreprises privées se trouve assorti, pour les cliniques privées, d’une baisse tarifaire, constitue la goutte d’eau. Point de bouffée d’oxygène pour l’hospitalisation privée, qui estime pourtant participer à la compétitivité nationale et à la relance de l’emploi. « Nos collègues du Medef ont été eux-mêmes un peu choqués, observe le président de la FHP, Jean-Loup Durousset. Avons-nous une double tare à surmonter ? Ce crédit d’impôts est une interrogation sur le tapis qui nous perturbe ».

30 % de cliniques en difficulté financière.

Reconnaissance, considération, reprise du dialogue avec la ministre de la Santé... Les attentes sont fortes pour 2013. Sans oublier la réforme de la tarification, que réclament avec impatience les cliniques psychiatriques et les cliniques spécialisées en soins de suite et réadaptation.

Tous secteurs confondus, le président de la FHP rappelle que près de 30 % des cliniques privées sont en difficulté financière, notamment celles implantées sur des territoires peu peuplés, où l’augmentation de l’activité - et donc des recettes - est « quasi impossible ». « On voudrait que disparaissent les subventions au profit d’une activité mieux rémunérée », résume Jean-Loup Durousset, qui rappelle que les salariés du secteur « contribuent à l’effort général depuis cinq ans » au travers du gel de leurs revenus.

D. CH.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 9

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter