Lésions médullaires : un traitement oral encourageant chez la souris

Lésions médullaires : un traitement oral encourageant chez la souris

09.01.2013
  • 1357731531400712_IMG_96631_HR.jpg

    Lésions médullaires : un traitement oral encourageant chez la souris

Pour la première fois, un traitement par voie orale passant efficacement la barrière hémato-encéphalique est à l’essai dans les lésions de moelle. Selon les résultats de l’équipe du Pr Sung Ok Yoon (Ohio State University), ce nouveau médicament, le LM11A-31, développé par le Pr Frank Logo neurologue à l’université de Stanford, améliore la motricité des membres chez la souris après section de moelle.

« Jusqu’à présent, dans le domaine des lésions de moelle chez le rongeur, les traitements efficaces comportent plus d’un traitement, et font souvent appel à des moyens invasifs, souligne Pr Yoon. Ici, avec un seul agent, on a été capable d’obtenir une amélioration fonctionnelle. »

Les oligodendrocytes pour cible

La petite molécule tire son efficacité de sa capacité à empêcher la mort cellulaire des oligodendrocytes, ces cellules qui entourent et protègent les axones. Ce médicament inhibe l’activation de la protéine p75, qui est connue pour jouer un rôle dans la mort de ces cellules spécialisées suite à une lésion médullaire. Quand les oligodendrocytes dégénèrent, les axones dégénèrent.

« Alors que les oligodendrocytes continuent à mourir longtemps après le traumatisme, nous avons voulu tenter de freiner cette mort cellulaire afin d’empêcher la dégénérescence des neurones », explique la chercheuse. Cette approche diffère de celle communément adoptée, qui consiste à essayer de régénérer les neurones détruits.

Marcher et nager

Dans leur expérimentation, les chercheurs ont administré le LM11A-31 dans les quatre heures post-lésionnelles puis deux fois par jour pendant quarante-deux jours. Trois doses différentes ont été évaluées et comparées au placebo. L’équipe a pu constater que l’effet protecteur était dose-dépendant et sans exacerbation douloureuse.

Avec la dose la plus forte, les axones myélinisés étaient conservés à plus de la moitié des taux normaux, quand près de 75 % sont détruits après lésion de moelle. De plus, le pourcentage d’oligodendrocytes survivants était augmenté de 50 %. Toujours pour un dosage élevé, les souris étaient capables à 42 jours de marcher de façon coordonnée et de nager.

The Journal of Neuroscience, publié en ligne.

 Dr I.D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Vaccination : des membres des Académies des sciences et de médecine demandent un rappel à l'ordre du Pr Montagnier

academie sciences

Après la tribune signée par 27 membres de l'Académie nationale de médecine, et le soutien apporté par l'Académie nationale de pharmacie,... 58

Conventionnement sélectif : l'offensive sénatoriale fait « pschitt » face à la méthode Buzyn

plfss senat

Une première ! Pas moins de 120 sénateurs centristes, communistes et LR ont déposé six amendements visant à contraindre l'installation des... 4

SOS Hépatite propose son plan de dépistage de l'hépatite C

hep c

Le président de la fédération SOS Hépatites a présenté les recommandations de dépistage organisé de l'hépatite C proposées par... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter