Un détenu agresse violemment un médecin à la prison de Villepinte

Un détenu agresse violemment un médecin à la prison de Villepinte

08.01.2013
  • 1357665735400594_IMG_96605_HR.jpg

Un ophtalmologiste, qui travaillait depuis une quinzaine d’années à l’unité de consultations et de soins ambulatoires (UCSA) de la maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis), a eu le visage tailladé et l’œil gauche très abîmé par un détenu lundi matin. L’agresseur, un jeune homme de 27 ans, était incarcéré dans cette prison depuis mai 2012, suite à une condamnation en mars 2011 en Espagne à 7 ans de détention pour tentative d’assassinat.

Selon le Dr Ludovic Levasseur, médecin chef de l’UCSA de Villepinte, le patient avait rendez-vous avec son psychiatre lorsqu’il a croisé l’ophtalmologiste avec qui il avait eu une récente altercation. Compte tenu de ce précédent, l’équipe évitait toute rencontre entre les deux. « À l’insu de la surveillance, en passant au travers de 2 postes de contrôle, il a réussi à se réintroduire dans le service pour commettre un acte délibéré », explique au « Quotidien » le médecin. Il tenait un demi-ciseau affûté et un stylo surmonté de lames de rasoir.

L’ophtalmologiste, hospitalisé en urgence, est ce mardi 8 janvier toujours sous surveillance et « très choqué », selon le Dr Levasseur. Le pronostic sur son œil est réservé. Par solidarité, les soignants ont exercé leur droit de retrait lundi et mardi. Mercredi, la situation devrait se normaliser.

166 % de surpopulation

« Je ne jette pas la pierre aux agents », anticipe le médecin chef. Il accuse en revanche la surpopulation carcérale et le manque de moyens. « Je travaille à Villepinte depuis 1997. Il y avait 588 personnes pour 588 places. Dans les années 2000, on recensait déjà 720 personnes et la dégradation des conditions de vie et de travail se faisait sentir. Aujourd’hui la maison d’arrêt compte 900 détenus, soit un taux de surpopulation de 166 % ». L’équipe de l’UCSA est composée de 2,4 médecins généralistes, d’un psychiatre, et d’une dizaine de paramédicaux. « Nous sommes motivés, avons de bons rapports avec les agents, sommes pilotes dans la prévention du suicide », décrit le Dr Levasseur.

Néanmoins le système est sur la corde raide. L’infirmerie reçoit entre 70 et 140 détenus par jour (avec une moyenne de 120), entre 8 heures et 17h30. « Il n’y a qu’un seul surveillant pour ouvrir les portes et effectuer une simple palpation. Un autre poste de contrôle dessert les services sociaux et le sport », poursuit le médecin.

Plus de sécurité

Le Dr Levasseur souhaite le renforcement des règles de sécurité autour du personnel médical. Concrètement, il demande la présence pérenne de 2 surveillants, une meilleure gestion de flux des patients pour éviter les pics, et l’accompagnement systématique de l’équipe le week-end - une infirmière tient une permanence sur place, un médecin est d’astreinte.

Ces revendications sont relayées au niveau national par la présidente du Syndicat des praticiens exerçant en prison (SPEEP), le Dr Émilie Chaigne. « Il faut sécuriser les unités sanitaires et également reconnaître le risque qu’on encourt, sans quoi le nombre de médecins en prison baissera inéluctablement », explique-t-elle.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
11.01.2013 à 07h01

« Je n'arrive pas à comprendre ces actes d'agression envers les médecins ! Je suis sidérée. »

Répondre
 
09.01.2013 à 08h58

« Délocaliser les prisons. Renault s'installe au Maroc !!!! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 8

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

Réguler l'installation des spécialistes de secteur II en zone surdotée : la mesure choc du CESE

cese

Depuis plusieurs semaines, la question de la liberté d'installation ne quitte pas le débat public. Le Conseil économique, social et... 18

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter