Décès de J.-L.Delarue : le cancer gastrique souvent révélé par une complication

Décès de J.-L.Delarue : le cancer gastrique souvent révélé par une complication

17.12.2012
  • 1345823235366857_IMG_88214_HR.jpg

    Décès de J.-L.Delarue : le cancer gastrique souvent révélé par une complication

À l’occasion du décès du présentateur de télévision Jean-Luc Delarue des suites d’un cancer gastrique qu’il avait lui-même annoncé, « le Quotidien » fait un point sur ce cancer, souvent silencieux, se révélant parfois par une complication, notamment une carcinose péritonéale dont le pronostic reste gravissime. Explications avec le Pr Philippe Rouanet (Centre Val d’AurelleMontpellier).

Le cancer gastrique est un cancer en nette régression, d’une part, pour des raisons historiques, en relation avec l’amélioration de la conservation des aliments, et, d’autre part, en raison de l’identification et du traitement du germe qui favorise la cancérogenèse, représenté par Helicobacter pylori.

On connaît trois types de facteurs prédisposants : alimentaires, génétiques et infectieux.

Schématiquement, on peut se trouver devant un tableau ou le diagnostic est évoqué devant des signes d’appel : épigastralgies, pyrosis, douleurs. L’examen par fibroscopie montre la lésion et éventuellement la présence d’H. pylori.

Un staging est réalisé, et des examens exploratoires : scanner thoraco-abdomino-pelvien, échographie endogastrique, IRM, voire PET-scan pour explorer des adénopathies.

Devant un stade T2-T3, ce qui est la forme la plus fréquente, on réalise une chimiothérapie d’induction suivie d’une gastrectomie.

Le cancer gastrique peut être révélé par d’autres complications : occlusion, perforation ou des métastases (hépatiques, pulmonaires ou un autre syndrome métastatique…). La carcinose péritonéale est un mode évolutif fréquent et de pronostic gravissime, conduisant au décès souvent rapide.

Manque de critères d’agressivité

Le cancer gastrique se caractérise par ailleurs par une absence de critères biologiques permettant d’apprécier son agressivité. Il y a des formes agressives, rapidement évolutives et d’autres qui le sont moins. Or, la seule classification existante qui est une classification anatomique, qui ne permet pas de rendre compte de cela. Sur un plan histologique, on peut être face à une linite gastrique (aspect ligneux de l’estomac) de pronostic très sombre, ou à un adénocarcinome dont le diagnostic de gravité est plus difficile à appréhender.

On n’a donc pas à l’heure actuelle de facteur pronostique de l’agressivité de ces cancers. De ce fait, certains peuvent être sous-traités et d’autres sur-traités.

Des recherches sont menées sur l’antigène HER-2, exprimé par certaines tumeurs, avec la présence d’anticorps spécifiques. Or, il n’est pas exprimé dans plus de 5 % des cancers de l’estomac.

La survie s’est globalement un peu améliorée. Dans les formes agressives, qui se présentent sous la forme d’une carcinose péritonéale, on reste démuni. On retarde peu l’évolution de la maladie. Dans la forme non agressive, on dispose de plusieurs protocoles de chimiothérapie néo-adjuvante, notamment le Folfox (5 fluoro-uracile et acide folique, comme pour d’autres adénocarcinomes), suivies d’une gastrectomie avec curage ganglionnaire.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
26.12.2012 à 09h33

« Avouer son cancer et sa consommation de cocaine , certains chanteurs l'avaient précédé dans le club de ses 2 diagnostics. »

Répondre
 
25.12.2012 à 12h35

« Il y a vingt ans, mon patron, Pr Houdard neurochirurgien à Lariboisière, disait toujours qu'il n'y a pas de cancer sans VS augmenté. C'est toujours d'actualité de nos jours. Par ailleurs, la transfo Lire la suite

Répondre
 
25.12.2012 à 08h57

« Nous ne pouvons pas tirer des conclusions "statitisques" au niveau de l'échantillon d'un médecin. Pour ma part, au moins 4/5 cancers gastriques chez des non fumeurs, non buveurs dans une clientèle s Lire la suite

Répondre
 
24.12.2012 à 18h46

« 1 vous pourriez prononcer le mot «alcool» et même, comble de l'audace, « tabac »

2 mais, peut-être en raison de ma clientèle très peu alcoolisée dans l'ensemble, en 40 ans de médecine et 30 ans d' Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Après l'échec de Lille pour l'Agence européenne du médicament, Aubry et Bertrand, furieux, taclent Macron

agence européenne du médicament

C'est une défaite qui laisse un goût amer. La maire de Lille Martine Aubry (PS) et le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand (LR)... 1

2 700 signalements d'effets indésirables liés au DIU Mirena entre mai et août 2017

mirena

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a rendu publics les premiers résultats d'une enquête de... Commenter

« Zéro sexisme », « zéro harcèlement » : la contre-attaque des internes pour briser le tabou et porter plainte

SEXISME

Après la publication de l'enquête édifiante dénonçant la banalisation du sexisme et du harcèlement sexuel au cours du cursus,... 8

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter