Grippe saisonnière : pour le HCSP, le recours aux antiviraux doit rester ciblé

Grippe saisonnière : pour le HCSP, le recours aux antiviraux doit rester ciblé

13.12.2012
  • 1355340830397692_IMG_95817_HR.jpg

    Grippe saisonnière : pour le HCSP, le recours aux antiviraux doit rester ciblé

En période de circulation des virus de la grippe saisonnière, l’usage des antiviraux chez les patients en extra-hospitalier doit rester ciblé, qu’il s’agisse d’un traitement curatif ou en post-exposition et ce « quels que soient les antécédents vaccinaux », indique le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) dans un nouvel avis. Le Haut Conseil insiste en premier lieu sur « l’importance de la vaccination grippale saisonnière pour les populations ciblées par les recommandations du calendrier vaccinal en vigueur ».

Dans les cas symptomatiques, un traitement curatif par les inhibiteurs de la neuraminidase (INA) est à envisager uniquement chez les patients jugés à risque de complications, âgés de 1 an et plus, « y compris les femmes enceintes ciblées par la vaccination », « les personnes présentant une grippe grave d’emblée ou dont l’état général s’aggrave » d’après l’appréciation du médecin, ainsi que les personnes dont l’état justifie une hospitalisation pour grippe. « L’efficacité du traitement étant corrélée à la précocité de son administration, il doit être initié le plus rapidement possible, sans attendre le résultat du test de confirmation virologique du diagnostic s’il a été réalisé », ajoute le HCSP.

Chez les patients encore asymptomatiques mais jugés à risque très élevé de complications grippales et en contact étroit avec un cas confirmé, le HCSP recommande un traitement préemptif par les INA à dose curative. Les traitements prophylactiques en post-exposition par les INA ne concernent uniquement que les collectivités de personnes à risque, ainsi que « les personnes jugées à risque de complications âgées de 1 an et plus y compris les femmes enceintes ciblées par la vaccination, après un contact étroit datant de moins de 48 heures avec un cas confirmé ou présentant une symptomatologie typique de grippe ». Le Haut Conseil ne recommande pas de traitement antiviral curatif par les INA chez les patients symptomatiques sans facteurs de risque les rendant éligibles à la vaccination, tout comme « une prophylaxie prolongée en pré-exposition par les INA » et « une prophylaxie post-exposition dans la population générale et les collectivités de personnes sans facteurs de risque les rendant éligibles à la vaccination » contre la grippe saisonnière.

 DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... Commenter

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter