Alcool et tabac, le casse-tête de la casquette

Alcool et tabac, le casse-tête de la casquette

05.12.2012
  • 1354725621395839_IMG_95356_HR.jpg

D’aucuns l’auront déjà expérimenté : la gueule de bois est bien plus sévère lorsque la veille il y a eu un savoureux mélange d’alcool et de tabac. Plus on fume, plus on boit ; plus on boit, plus on fume ; et « plus les symptômes seront sévères » résume le Dr Amaris Rohsenow (Université Providence, Rhode Island) qui a enquêté sur les habitudes festives de quelques étudiants.

À part les quelques « résistants à la gueule de bois » comme les nomme l’auteur, ceux qui abusent des soirées arrosées expérimentent le lendemain, nausées, fatigue, maux de tête. Personne n’a jamais réellement expliqué pourquoi il en est ainsi.

Le rôle catalyseur du tabagisme

Cette nouvelle publication issue d’un journal adéquat, le Journal of Studies on Alcohol and Drugs, apporte sa contribution. Elle met en évidence le rôle catalyseur du tabagisme. À l’appui, cette enquête réalisée via internet auprès de 113 collégiens qui ont eu la candeur de relater leurs habitudes de consommation alcoolique et tabagique, les symptômes des lendemain de fête, ceci chaque jour pendant 8 semaines.

Quand les jeunes boivent beaucoup, l’équivalent de 5 à 6 canettes de bière en une heure, les fumeurs ont plus souvent la gueule de bois que leurs acolytes non-fumeurs ; les symptômes décrits sont aussi bien plus sévères.

Le Dr Rohsenow émet des recommandations d’usage, comme éviter de prendre sa voiture, travailler dans un endroit sûr, et s’il est réellement impensable de réduire la quantité d’alcool, au minimum, diminuer le nombre de cigarettes fumées.

Enfin personne ne sait si ces veisalgies – le seul synonyme de gueule de bois, issu du norvégien kveis signifiant « inconfort succédant à la débauche », et du grec algia ou « douleur» - entament le potentiel cérébral.

Role of tobacco smoking in hangover symptoms among university students. Journal of Studies on Alcohol and Drugs , 74 (1), 41

Dr ANNE TEYSSÉDOU-MAIRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
06.12.2012 à 00h31

« Ceci dit, est-il déraisonnable de penser que la dégradation de l'alcool exigeant beaucoup d'eau, il se produit une déshydratation cellulaire provoquant ces céphalées bien connues. Boire un demi-litr Lire la suite

Répondre
 
05.12.2012 à 21h38

« Passionnant comme étude ! Attendons la suite.. :P »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 4

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter