L’armée face au défi de l’état de stress post-traumatique

L’armée face au défi de l’état de stress post-traumatique

04.12.2012
  • 1354640680395594_IMG_95283_HR.jpg

    L’armée face au défi de l’état de stress post-traumatique

Grâce au premier séminaire sur les traumatismes psychiques qui s’est tenu ce lundi à l’hôpital d’instruction des armées (HIA) du Val-de-Grâce, la « Grande muette » a commencé à lever le voile sur un tabou : l’état de stress post-traumatique.

Psychiatrie et armée n’ont jamais frayé loin l’une de l’autre. Mais « le conflit en Afghanistan, et notamment l’embuscade d’Uzbin en août 2008 lors de laquelle 10 soldats français sont morts et 21 blessés, a ouvert une nouvelle dimension », explique le médecin général des armées et directeur du service de santé des armées (SSA) Jean-Marc Debonne.

Depuis les initiatives se sont succédé. Le sas de Chypre, destiné à aider les combattants à revenir en France, a été créé en 2010. En mars 2011, un plan d’action de prise en charge des militaires et de leur famille a été instauré par le ministre de la Défense, suivi, en septembre 2011, par la création du bureau médico-psychologique de la direction centrale du SSA, chargé d’harmoniser l’action des cliniciens. Une charte de fonctionnement est actuellement en cours de ratification.

550 soldats en stress post-traumatique.

Si ces dispositifs concernent l’ensemble des traumatismes psychiques dont peuvent souffrir les soldats de toutes les armées, l’état de stress post-traumatique fait l’objet d’une vigilance particulière. « Une situation est traumatique lorsqu’il y a confrontation à sa mort. L’état de stress post-traumatique peut se révéler tardivement », explique le chef du service de psychiatrie de l’HIA du Val-de-Grâce, Humbert Boisseaux.

Pour l’identifier - il est répertorié dans les classifications psychiatriques, les professionnels bénéficient d’un outil sous forme d’une liste de symptômes (Post-traumatic Stress Disorder Checklist Scale- PCLS). Les principaux sont : la récurrence des souvenirs, images, rêves liés à l’événement stressant, la brusque sensation de revivre l’épisode, l’agressivité, l’hypersensibilité, l’évitement de ce qui rappelle à l’esprit le traumatisme ... L’état de stress post-traumatique est d’autant plus important qu’il y a confrontation visuelle au réel, et sensation d’être passif, « chassé ».

Selon Humbert Boisseaux, 550 militaires sont suivis par le SSA pour un stress post-traumatique fin novembre 2012. « Le chiffre est sous-estimé. Et c’est normal », souligne le psychiatre.

Honte et temporalité

La difficulté du diagnostic tient d’abord à la difficulté pour le soldat de parler de ses blessures psychiques. « Le militaire a fait une rencontre indicible avec la mort, il peut ressentir de la honte et de la culpabilité qui le bloquent dans sa demande de soins », analyse le Pr Boisseaux. « Le lien avec l’Institution et la Nation est aussi très fort », ajoute-t-il.

Le second obstacle est le déclenchement parfois à retard du stress post-traumatique. « On ne sait pas qui va développer la pathologie ni quand : c’est spécifique à chaque individu et imprévisible comme la vie ».

L’action de soins des armées est donc double : immédiate et à plus long terme. Le SSA possède un dispositif de surveillance épidémiologique des troubles psychiques grâce à des fiches dites « F-5 ». Depuis 2011, 1 100 fiches ont été recueillies, 644 depuis 2010. Selon les premières données, près de 7 % des soldats ayant servi en Afghanistan souffrent de troubles post-traumatiques 6 à 9 mois après leur retour. « Ce taux ne peut qu’augmenter », prévient le Pr Boisseaux. Environ 15 % de militaires pourraient souffrir de troubles psychiques.

Ces blessures invisibles sont indemnisées par l’Institution. Selon la sous-direction des pensions, 1 100 demandes de réparation relative à des états post-traumatiques sur 1 600 ont abouti ces dix dernières années à une reconnaissance d’invalidité partielle entre 10 % et 30 %. Quelque 80 soldats revenus d’Afghanistan en ont bénéficié.

Le Syndrome Afghan à la télévision mercredi

France 3 consacre son émission « Pièces à conviction » du mercredi 5 décembre, à 23h10, au «  Syndrome Afghan : les soldats oubliés de la France ». Les équipes de télévision reviennent sur les 88 morts et 1 200 blessés de la guerre, dont les 400 traumatisés psychiques. Pour la première fois, elles filment le dispositif de détection du syndrome de stress post-traumatique à Kaboul et à Chypre, ainsi que les thérapies mises en place à l’hôpital militaire de Percy. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian participera à un débat avec l’épouse d’un militaire sur le thème : « L’armée fait-elle tout ce qu’elle peut pour détecter, prendre en charge et manifester sa reconnaissance à ses blessés invisibles ? »
 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter