Marina Cavazzana-Calvo, élue femme scientifique de l’année

Marina Cavazzana-Calvo, élue femme scientifique de l’année

23.11.2012
  • 1353685798392113_IMG_94476_HR.jpg

Le prix Irène Joliot-Curie, créé en 2001 par le ministère de la Recherche et soutenu par la Fondation EADS, en partenariat avec les Académies des sciences et des technologies, récompense cette année Marina Cavazzana-Calvo au titre de la « Femme scientifique de l’année ».

Ce prix, destiné à promouvoir la place des femmes dans la recherche et la technologie en France, met en lumière les carrières exemplaires de femmes de sciences qui allient excellence et dynamisme. Le jury de cette 11e édition était présidé par Catherine Césarsky, Haut commissaire à l’énergie atomique et membre de l’Académie des sciences.

Professeur de médecine à l’université Paris V, directrice de recherche à l’INSERM au sein de l’Institut des maladies génétiques Imagine et coordinatrice du Centre d’investigation clinique en biothérapie à l’hôpital Necker-Enfants malades, Marina Cavazzana-Calvo est récompensée pour ses travaux pionniers portant sur la thérapie des déficits immunitaires et hématologiques héréditaires.

Le travail d’une équipe

« C’est difficile d’être au centre des attentions car il s’agit surtout d’un travail d’équipe », a confié la lauréate citant notamment deux autres membres de son équipe, Isabelle André-Schmutz et Salima Hacein-Bey-Abina qui incarnent, elles aussi, « l’excellence scientifique ». Marina Cavazzano-Calvo a également rendu hommage aux Pr Éliane Gluckman et Alain Fischer ainsi qu’aux enfants de son service et à leur famille. Actuellement, la chercheuse se consacre à l’amélioration de la thérapie génique, à son élargissement à d’autres maladies du système hématopoïétique, ainsi qu’au développement de nouvelles approches qui permettraient de réaliser des allogreffes à partir de cellules souches hématopoïétiques de donneurs non compatibles, tout en continuant d’identifier de nouveaux gènes responsables de déficits immunitaires.

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, a souligné en particulier l’énergie et la compétence de ces femmes de science qui réussissent dans un univers encore trop masculin. « Vos parcours doivent servir d’exemples », a-t-elle indiqué. Deux autres lauréates ont été récompensées : la géomicrobiologiste Bénédicte Menez (Institut physique du Globe de Paris) dans la catégorie « Jeune femme scientifique » et l’ingénieur Isabelle Buret (Thales Alenia Space) dans la catégorie « Femme d’entreprise ». Les lauréates de ces deux catégories reçoivent une dotation de 15 000 euros tandis que la lauréate de la « Femme scientifique de l’année » reçoit une dotation de 40 000 euros.

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
24.11.2012 à 05h44

« Bonne continuation et félicitation. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : des avocats toulousains lancent une action collective contre Merck

levothyrox

Défaut d’information et préjudice d’angoisse. Voilà les deux chefs d’accusation que trois avocats toulousains comptent plaider devant le... 4

La Cour des comptes tire à boulets rouges sur l'organisation des spécialistes libéraux

cour comptes

Dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale, dévoilé ce mercredi matin, la Cour des comptes cible particulièrement les dépenses... 69

Grandeurs et servitudes d'un métier en périlUn livre plaidoyer pour sauver le médecin généraliste

Abonné
livre

Le Pr Patrice Queneau, académicien, et le Dr Claude de Bourguignon, médecin de famille pendant 40 ans, suggèrent de revoir radicalement la... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter