Un essai de chimiosensibilisation dans le cancer du pancréas

Un essai de chimiosensibilisation dans le cancer du pancréas

29.10.2012
  • 1351528708384732_IMG_92712_HR.jpg

    Un essai de chimiosensibilisation dans le cancer du pancréas

Au congrès de la Société européenne de thérapie génique et cellulaire, des approches du cancer du pancréas par des moyens novateurs ont été présentées. Le Pr Louis Buscail (Toulouse) a rapporté une méthode de transfert intratumoral de gènes pour induire une chimiosensibilisation à la gemcitabine. Une étude de phase II va être lancée en 2013.

Le cancer du pancréas reste de traitement difficile. Dans un contexte d’urgence à trouver de nouvelles options thérapeutiques, une équipe de Toulouse propose une approche unique, à l’aide de la thérapie génique, qui pourrait améliorer la prise en charge des patients ayant un cancer du pancréas avancé.

Le principe est d’utiliser deux gènes thérapeutiques qui vont réaliser une chimiosensibilisation à la gemcitabine : le gène sst2, codant un récepteur qui disparaît dans le cancer du pancréas. Quand on le réintroduit, il induit une inhibition de la prolifération des cellules tumorales, de l’apoptose et un effet antiangiogénique. L’autre est le gène DCK-UMK, codant pour des enzymes de phosphorylation de la gemcitabine. Les deux réalisent une chimiosensibilisation, avec de plus un effet antitumoral du gène sst2.

Les études précliniques ont montré que le transfert de gène dans le pancréas est effectif dans les modèles in vitro et chez l’animal. Et que cela induit une réduction de la prolifération des cellules du cancer, une sensibilisation des cellules à la chimiothérapie et une inhibition de l’angiogenèse, avec réduction des métastases et apoptose.

Une phase II est prévue en France

Cette preuve de concept a amené aux essais de phase I. Une étude pilote, conduite chez 22 patients souffrant d’un adénocarcinome du pancréas non résécable, est présentée.

Les résultats préliminaires sont encourageants. Ils font état de très bons résultats concernant la tolérance et la sécurité du produit. Une réponse partielle est obtenue dans 92 % des cas. Les marqueurs tumoraux (CA 19-9) se sont réduits chez 50 % des patients.

Une étude de phase II va être déposée et devrait débuter en 2013, dans plusieurs centres français, chez 80 patients.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter