Négociation sur les dépassements : un « fiasco » pour les associations de patients

Négociation sur les dépassements : un « fiasco » pour les associations de patients

24.10.2012
  • 1351092306383511_IMG_92329_HR.jpg

Le relevé de conclusions qui a ponctué les négociations sur les dépassements d’honoraires et la revalorisation des tarifs opposables, après 21 heures de discussions chaotiques, a provoqué la colère des associations d’usagers.

Pour le collectif interassociatif sur la santé (CISS), ces négociations sont « un fiasco pour les patients ».

L’association égrène une à une les supposées avancées de cet « accord au rabais ».

En inscrivant le seuil de 150 % du tarif opposable – qui permet de qualifier les dépassements abusifs – en préambule de l’accord, noyés parmi d’autres « repères », on amenuise son importance et on ne crée rien d’autre qu’un « un faux-plafond […] aussi flou que le "tact et la mesure" », accuse le CISS.

Sur le nouveau contrat d’accès aux soins, le CISS ne cache pas son scepticisme. Il s’agit à ses yeux d’une « porte ouverte à la généralisation et à légitimation des dépassements d’honoraires plutôt qu’à leur limitation, d’autant qu’il ne se substitue pas au secteur II, celui-ci étant maintenu », déplore le collectif.

Très remontés contre ce « chiffon de papier », les usagers appellent le gouvernement à durcir cet accord par la loi, dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), en cours de discussion. Le CISS s’interroge aussi sur « la conformité de cet accord aux principes constitutionnels régissant la République ».

« Rien ne change »

Du côté de l’association des accidentés de la vie (FNATH), même discours accusateur. « On sait maintenant pourquoi les associations représentant les usagers n’ont pas été conviées à ces négociations, ironise la FNATH. Jamais elles n’auraient accepté de signer un tel accord ».

Exprimant une « forte déception », l’association estime qu’avec ce protocole, « rien ne change fondamentalement » pour les patients. Pire, en adhérant au dispositif (contrat d’accès aux soins), les médecins « promettent non pas de réduire mais de ne pas continuer à l’avenir à augmenter [Leurs] dépassements d’honoraires », soit « un simple gel » plutôt qu’une réelle « réduction » des dits dépassements. Une nuance de taille pour la FNATH qui, « exclue de cette négociation », regrette de n’avoirpu défendre les intérêts des patients.

ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
28.10.2012 à 22h17

« Je crois que n'importe quelle négociation ne conviendra à aucune des parties, ni médecin qui trouve qu'ils ne gagnent pas assez ni les patients qui trouvent que l'on se moque d'eux lorsque l'on ente Lire la suite

Répondre
 
25.10.2012 à 23h34

« Bien fait pour le CISS »

Répondre
 
24.10.2012 à 22h10

« Je ne connais pas beaucoup d'(usagé) qui accepterait de bosser plus de 35 h pour ne recevoir que des emmerdes »
Prof medecin

Répondre
 
24.10.2012 à 21h11

« Il est temps que ces associations de patients se réveillent
et demandent aux politiques pourquoi il n'y aura bientôt
plus de médecins généralistes un peu partout »

Répondre
 
24.10.2012 à 20h29

« Tous ces protestataires perpétuellement victimisés ne trouvent déjà pas assez de médecins sur la place... et ils incitent au désert médical ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 10

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter