OGM : le Haut Conseil des biotechnologies réfute les conclusions de l’étude Séralini

OGM : le Haut Conseil des biotechnologies réfute les conclusions de l’étude Séralini

22.10.2012
  • 1350909198382571_IMG_92088_HR.jpg

    OGM : le Haut Conseil des biotechnologies réfute les conclusions de l’étude Séralini

Alors que l’Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments (ANSES) doit rendre son avis cette après-midi, le Haut conseil des biotechnologies (HCB) a déjà indiqué, dans la matinée, qu’il réfutait les conclusions de l’étude du Pr Gilles-Eric Séralini sur la toxicité du maïs OGM NK603 de Monsanto.

Le HCB estime qu’il n’y a « pas de causalité entre les événements observés et la consommation de maïs NK603, traité ou non avec l’herbicide Roundup ». « Le dispositif expérimental mis en oeuvre est inadapté aux objectifs de l’étude », estime le Haut conseil, mandaté par le gouvernement pour examiner l’étude controversée. La semaine dernière, six académies françaises, dont celle de médecine, avaient également contesté l’étude du point de vue de sa conception, de sa méthodologie, du choix des animaux utilisés et de l’interprétation des résultats.

Une étude indépendante et contradictoire

« Les conclusions d’effets délétères de la consommation de maïs NK603 ne sont pas soutenues par l’analyse des résultats présentés dans l’article », publié dans la revue scientifique « Food and Chemical Toxicology » le 19 septembre, poursuit le HCB. L’organisme estime donc que « cet article ne remet pas en cause les conclusions des évaluations précédentes sur cet OGM ».

Le HCB recommande toutefois qu’une « étude de long terme, indépendante et contradictoire soit entreprise sous l’égide des pouvoirs publics quant à la sécurité sanitaire du maïs NK603 » (de Monsanto). Car tout en jugeant que l’article du Pr Séralini « n’est pas conclusif », le Haut conseil veut néanmoins « répondre aux interrogations de la société » sur l’innocuité de ce maïs OGM.

Le soutien de professionnels de santé

La Coordination nationale médicale santé environnement (CNSME), qui regroupe des professionnels de santé de tous horizons et défenseurs de l’environnement, indique apporter son soutien au Pr Séralini. « Quelles que soient les critiques scientifiques qui pourraient être faites à l’encontre de cette publication, elle se doit d’être prise en compte, approfondie et complétée », estiment les membres de la coordination. « Les problèmes de santé publique qu’elle soulève ne sauraient être balayés d’un revers de main », ajoutent-ils en prenant la défense des « fonctions de lanceur d’alerte que le Pr Séralini acquiert ainsi, en osant dénoncer un risque potentiel alimentaire grave pour la santé de tous ». La CNMSE regrette enfin que les lanceurs d’alerte doivent faire appel à des fonds privés « afin de justifier leurs inquiétudes ».

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter