La kisspeptine, le chaînon manquant entre hyperprolactinémie et ovulation

La kisspeptine, le chaînon manquant entre hyperprolactinémie et ovulation

18.10.2012

L’allaitement est bien entendu l’état d’hyperprolactinémie le plus fréquent. Mais à côté de cet état physiologique, certaines femmes ayant une hyperprolactinémie, le plus souvent en raison d’un prolactinome, souffrent d’infertilité par anovulation. Des chercheurs de l’Inserm unité 693 dirigés par Nadine Binart et Jacques Young ouvrent une nouvelle piste thérapeutique dans ce type d’infertilité. L’équipe a montré chez la souris que l’injection d’une hormone, la kisspeptine, est capable de restaurer la pulsatilité de sécrétion de GnRH, et ainsi les cycles et l’ovulation, dans les situations d’hyperprolactinémie.

«La chose nouvelle avec cette étude, c’est l’identification de la kisspeptine comme étant le chaînon manquant entre la prolactine et la sécérétion deGnRH», commente Nadine Binart, principal auteur de l’étude. En effet, en l’absence de récepteurs à prolactine au niveau des neurones à GnRH, il semblait peu probable que la prolactine exerce un effet direct sur la sécrétion de GnRH. En revanche, des travaux antérieurs avaient montré qu’il existait des récepteurs à la kisspeptine au niveau des noyaux à GnRH. Les chercheurs ont ainsi naturellement émis l’hypothèse que l’effet de la prolactine pourrait s’exercer via la kisspeptine.

En effet, l’administration de kisspeptine à un modèle de souris a permis de restaurer la sécrétion pulsatile de GnRH et la cyclicité ovarienne. L’hyperprolactinémie inhibe directement la sécrétion de cette hormone joliment nommée et l’injection par voie générale permet de rétablir la libération de GnRH et le fonctionnement cyclique ovarien. Avant de proposer la kisspeptine en thérapeutique, reste à vérifier le concept chez la femme car «la cyclicité et la fertilité ne sont pas totalement superposables chez la souris et chez la femme». Un essai est d’ores et déjà en cours chez des femmes ayant de petits prolactinomes vierges de tout traitement ou résistantes aux agonistes dopaminergiques.

Journal of Clinical Investigation, septembre 2012.

Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Michel Bignant

Gilets jaunes, violences : « C'est épuisant, physiquement et psychologiquement », lance le médecin chef des pompiers de Paris

À la veille d'un cinquième samedi de mobilisation de certains Gilets jaunes, le Dr Michel Bignand, 51 ans, médecin chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) détaille au « Quotidien » l'organisation de ses équipes dan... 5

Une alimentation à base de maïs OGM ne montre « aucun d'effet délétère » chez le rat

OGM MAIS

Il n'est pas possible de distinguer par leur métabolisme ou leur état de santé des rats nourris de maïs OGM de rats nourris au maïs... Commenter

La prostatectomie radicale améliore la survie des patients atteints de cancer de la prostate localisé

prostatectomie

Face à un patient atteint d'un cancer de la prostate localisé, la prostatectomie améliore la survie de près de 3 ans, comparés à une... 1

Gradation des soins, financement, synergie avec l'université : à Poitiers, Buzyn et Vidal écoutent les CHU mais ne tranchent pas

chu

Poitiers n'est certainement pas le plus grand des centres hospitalo-universitaires (CHU) français mais c'est ici que se discutait l'avenir... Commenter

Un Français sur trois a le sentiment qu’un examen ou un acte médical superflu lui a été prodigué

urgences

Sept Français sur dix n'ont jamais entendu parler des 130 services d'urgences des cliniques de médecine, chirurgie et obstétrique. C'est... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter