Les soutiens du Dr Poupardin avancent cinq bonnes raisons pour abolir le bizone

Les soutiens du Dr Poupardin avancent cinq bonnes raisons pour abolir le bizone

11.10.2012
  • 1349951588378910_IMG_91008_HR.jpg

C’est le 24 octobre que le Dr Didier Poupardin, médecin généraliste célèbre pour sa croisade anti-bizone, doit être jugé devant le Tribunal des affaires de Sécurité sociale (TASS) de Créteil. L’Assurance-maladie reproche au médecin de Vitry-sur-Seine, aujourd’hui à la retraite, de ne pas avoir correctement utilisé l’ordonnancier bizone et lui réclame 2 612 euros de remboursements, 4 000 euros de pénalité et le remboursement des frais d’avocat. Dans l’attente du jugement final, son comité de soutien a décidé de contre-attaquer en publiant « cinq bonnes raisons pour abolir les ordonnances bizones ».

« Elles contreviennent à l’éthique médicale »

Reprenant l’argumentaire du Dr Poupardin, ses soutiens rappellent que « les médecins soignent des personnes humaines et non des amas d’organes à découper en tranches ». Ils taclent au passage l’Ordre qui, n’ayant jamais émis aucun commentaire sur l’affaire, « ne sert donc à rien ».

« Elles font payer plus ceux qui, atteints de maladies graves, ont le plus besoin de l’accessibilité aux soins »

« Elles représentent un non-sens scientifique »

Le comité remet en question la distinction entre les affections longue durée (ALD) et les autres pathologies. « Quand un médicament est donné à la fois pour tolérer ces effets secondaires et à la fois pour une autre affection, comment choisir la zone ? », interrogent-ils.

« Elles polluent le travail des médecins »

Chronophages, les ordonnances bizones « détournent […] l’attention des médecins » de leur cœur de métier, argumentent les défenseurs du Dr Poupardin. « Classer les médicaments en zones absurdes qui ne servent à rien » serait une perte de temps médical précieux.

« Elles sont une machine de guerre contre les médecins »

Pour le comité de soutien, les ordonnances bizones sont des « moyens répressifs » qui permettent « aux directions des caisses et à leurs médecins-conseils d’interpeller tout médecin qu’elles jugent désobéissant, le harceler et le faire payer ».

 A. B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
12.10.2012 à 22h31

« Poupardin est un saint, mais le bizone est maintenant un garde fou salutaire. À condition de rester purement symbolique : madame le ministre, ne changez rien, sauf de DG de l ' Lire la suite

Répondre
 
12.10.2012 à 10h27

« Prétendre que des prescriptions sont en relation avec une ALD est une fraude, un détournement, une fausse déclaration. Il n'y a pas de répression à empêcher chacun de faire comme il veut sans respec Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mutuelles, réseaux de soins : le Dr Accoyer accuse Richard Ferrand de conflit d'intérêts et essuie les critiques d'En Marche !

Benjamin Griveaux, porte-parole d'En marche ! et candidat aux législatives, a dénoncé dimanche « des mensonges » après les accusations de... Commenter

Y compris dans les formes progressives de la maladieLa SEP, des avancées tous azimuts

Abonné
sep IRM

L'offre thérapeutique s'est largement étoffée dans les formes rémittentes de la sclérose en plaques (SEP). Aujourd'hui, des pistes, autres... Commenter

Cannabis : le gouvernement veut mettre en place une contravention pour sanctionner l'usage et la détention

cannabis

Interrogé mercredi sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une simple contravention pourrait, dans les prochains mois,... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter