Le HCSP donne la liste des vaccins qui méritent une campagne de communication

Le HCSP donne la liste des vaccins qui méritent une campagne de communication

09.10.2012
  • 1349799562378372_IMG_90912_HR.jpg

Certaines vaccinations souffrent d’une couverture vaccinale très inférieure aux objectifs de santé publique, ce qui nécessite une « communication active et crédible », indique le Haut Conseil de la santé publique en réponse à une saisine du Directeur général de la santé du 16 juillet dernier.

Le HCSP, dans un avis concernant la liste des vaccins établie pour des motifs de santé publique et mentionnée à l’article L.5122-6 du code de la santé publique, confirme que les vaccinations contre rougeole-oreillons-rubéole, méningocoque C, grippe saisonnière dans la population cible, diphtérie, tétanos, coqueluche, méritent une campagne de communication. Il recommande d’ajouter à cette liste, pour les populations à risque, les vaccinations contre la tuberculose et celle contre les infections invasives à pneumocoque à partir de 5 ans.

Par ailleurs, le HCSP souligne que les vaccins inscrits au calendrier vaccinal le sont tous pour des motifs de santé publique.

Amélioration de la politique vaccinale

En revanche, et bien que leurs couvertures vaccinales soient également très inférieures aux objectifs de santé publique, le HCSP ne recommande pas que soient réalisées des campagnes de communication non institutionnelles pour les vaccinations contre les infections à papillomavirus humains et contre les infections par le virus de l’hépatite B.

De son côté, la Direction générale de la santé vient de définir le programme national d’amélioration de la politique vaccinale 2012-2017. Il s’appuie sur les avis du HCSP et de la Conférence nationale de la santé, rendus en juillet dernier, et s’articule autour de cinq axes :

– simplifier du calendrier vaccinal et l’accès aux données du carnet de vaccination ;
– faciliter l’accès à la vaccination en s’appuyant sur les agences régionales de santé ;
– inciter à la vaccination ;
– améliorer le suivi et l’évaluation de la politique vaccinale ;
– conforter le continuum recherche fondamentale publique/transformation industrielle sur les vaccins et favoriser la recherche en sciences humaines.

Ces axes, déclinés en objectifs opérationnels doivent, dans les cinq ans, concourir à améliorer la vaccination en population générale, en tenant compte également des disparités régionales, des perceptions sociales et des publics à cibler en priorité, indique le directeur général de la santé, le Dr Jean-Yves Grall.

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
10.10.2012 à 14h37

« Aucun lien n'a été prouvé scientifiquement entre la vaccination contre l'Hépatite virale B et la survenue ultérieure de sclérose en plaques, et pourtant ... Aucun nouveau programme pour vacciner les Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 10

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter