Marisol Touraine veut davantage de prévention pour les femmes

Marisol Touraine veut davantage de prévention pour les femmes

03.10.2012
  • 1349279086376695_IMG_90545_HR.jpg

    Marisol Touraine veut davantage de prévention pour les femmes

La ministre de la Santé, auditionnée mardi soir par la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale, a alerté sur la nécessité d’accentuer la prévention en matière de santé des femmes. « Aujourd’hui, la longévité plus grande des femmes est obérée par leur vulnérabilité, liée à l’augmentation de leurs comportements à risques et aux inégalités d’accès aux soins qui les touchent davantage », a-t-elle souligné, devant l’Assemblée présidée par Catherine Coutelle (SRC, Vienne).

Marisol Touraine s’est alarmée de l’augmentation du tabagisme, mais aussi de l’alcoolisme de ses paires, chiffres à l’appui : le taux de décès provoqués par un cancer du poumon chez les plus de 55 ans a augmenté de 105 % entre 1990 et 2005 chez les femmes, alors qu’il diminue chez les hommes.

Elle a également noté que les femmes sont plus vulnérables au stress, à l’anxiété, à la dépression, et courent un risque accru d’être victimes de violences.

« Ce développement de leur vulnérabilité s’accompagne d’un renoncement aux soins plus élevé chez les femmes : elles sont 16,5 % à renoncer aux soins, contre 11,5 % pour les hommes », a poursuivi la ministre.

Octobre rose

S’inscrivant dans l’actualité, et revenant sur la polémique lancée par l’UFC-Que Choisir autour des surdiagnostics liés au dépistage organisé du cancer du sein, Marisol Touraine a remis une couche sur l’importance du dépistage : « Le bénéfice reste supérieur au risque : 20 % des femmes ont pu échapper à l’évolution de la maladie. » Le dépistage de masse permet en outre de toucher des femmes socialement défavorisées, qui n’ont pas un accès simple aux professionnels de santé, a-t-elle estimé. « Les études citées par l’UFC-Que Choisir sont connues, d’autres sont menées en France. Le cancer du sein touche 53 000 femmes et provoque 11 500 décès par an : le dépistage le plus précoce est la première arme de lutte », a-t-elle commenté.

La ministre a enfin conclu sur la nécessité d’améliorer le suivi des femmes enceintes. Tout en soulignant que le Planning familial, parfois menacé, ne relevait pas de sa compétence, elle a fait part de sa « volonté de le soutenir ».

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter